Ministère de la Santé et de la Protection Sociale
Grands Chantiers en projet
  • abc Reformes de gestion des structures publiques au Togo céder la gestion de certaines entités de nos formations sanitaires à certaines sociétés spécialisées qui ont fait leur preuve dans le domaine hospitalier.
    Depuis quelques années, les structures sanitaires  sont décriées par la population, les usagers, les observateurs et les professionnels de santé eux-mêmes. Elles essuient des critiques de toute la population, qui remet en cause leur mission et rôle, leurs  modes de fonctionnement et leur état physique. Il  a été mis en évidence suite à ces constats que les structures sanitaires en général et les hôpitaux du Togo en particulier traversent une crise sans précédent qui affecte toutes les fonctions de production de soins.

    Ces crises ne sont que l’aboutissement des dysfonctionnements nés des difficultés institutionnelles, organisationnelles et, en ressources humaines, matérielles et financières cumulées depuis plus de trois décennies. A la recherche de solutions pour résoudre ces dysfonctionnements, il a été organisé une journée de réflexion à l’intention des responsables des grandes formations sanitaires au Togo afin de réfléchir sur la manière idéale de gérer lesdites structures. Plusieurs communications ont meublé cette rencontre. 

    Au nombre de celles-ci, la présentation de l’approche contractuelle proposée par le ministre de la santé et de la protection sociale, le professeur Moustafa MIJIYAWA. Il s’agit essentiellement de céder la gestion de certaines entités de nos formations sanitaires à certaines sociétés spécialisées qui ont fait leur preuve dans le domaine hospitalier.

    « Il ne s’agit pas d’une privatisation, ni d’un désengagement de l’Etat.» A-t-il précisé. Partant d’un diagnostic clair opposant les systèmes de gestion dans les structures publiques et les structures confessionnelles, il a précisé que «  les dysfonctionnements constatées dans les formations sanitaires publiques sont essentiellement liées à la gestion ». Sur ce il faut attaquer le problème à la base. Pour lui tous les investissements dans l’état actuel des hôpitaux ne sont autres que « recueillir de l’eau avec un panier ». Il a pour finir invité les participant à s’inscrire dans cette vision d’approche contractuelle pour atteindre les objectifs nobles qu’attendent les populations.