Ministère de la Santé et de la Protection Sociale

La phase opérationnelle de la contractualisation lancée au CHR Atakpamé par le ministre de la santé et de la protection sociale



C’est une délégation de gestion, dans laquelle les structures sanitaires garderont leur statut d’institution publique, les infrastructures, équipements et ressources humaines restent une propriété de l’Etat
L’insuffisance en matière de pilotage et de gouvernance au sein des structures de santé, ainsi que le faible niveau de performance des services et les importants dysfonctionnements d’ordre organisationnel, financier et gestionnaire de ces structures ont amené le gouvernement à travers le ministère de la santé et de la protection sociale à préconiser le recours à la « gestion axée sur les résultats » et la mise en place de « contractualisation » au sein des structures de santé.

Ainsi, le gouvernement togolais à travers le ministère de la santé et de la protection sociale a décidé d’initier une expérience pilote de contractualisation au niveau d’un Centre Hospitalier Préfectoral, CHP, d’un Centre Hospitalier Régional, CHR et d’un Centre Hospitalier Universitaire, CHU, afin de renforcer dans une première étape, la gestion rationnelle et efficiente des ressources et de mener après évaluation un passage à l’échelle c’est-à-dire l’extension à d’autres structures si cette nouvelle approche s’avère concluante.

Après la signature de la convention entre le ministère de la santé et de la protection sociale et la société contractante et fixant ainsi les modalités du partenariat dans le cadre de la mise en œuvre du projet de la contractualisation de la gestion du Centre hospitalier préfectoral de Blitta (CHP-B) situé dans la préfecture de Blitta et le Centre hospitalier régional d’Atakpamé (CHR-A) situé dans la région des plateaux, plus précisément dans la préfecture de l’Ogou, il s’est avéré nécessaire de procéder au lancement technique et administratif dudit projet. Il s’est agit de rencontrer dans un premier temps tout le personnel dans son ensemble et lui expliquer le bien fondé de la démarche, et de discuter dans un second temps avec un groupe plus restreint composé des membres de l’administration, des chefs de services, les membres du conseil d’administration, les représentants des syndicats et délégués du personnel et les représentants de toutes les catégories technico-médicales pour donner plus d’informations stratégiques pour une acceptation et adhésion franche et engagée à ce projet.

La finalité du projet est de contribuer à l’amélioration de la santé de la population ciblée par les deux hôpitaux. L’objectif général est d’améliorer la performance des services médicaux des deux hôpitaux en mettant en place une gestion hospitalière efficace.
« Ce projet est une expérience pilote dont la gestion des hôpitaux sera faite  par les structures de l’Etat, ce qui permettra de renforcer dans une première étape, la gestion rationnelle et efficiente des ressources et de mener après évaluation un passage à l’échelle si cette nouvelle approche s’avère concluante. Ce projet n’est initié contre personne, chacun sera regardant sur la gestion qui est faite des hôpitaux et participera ainsi à la satisfaction de la population et à son propre épanouissement», déclarait le Professeur Moustafa MIJIYAWA.

L’action proposée par la société contractante contribuera à la réalisation des résultats attendus suivants dans les deux hôpitaux, entre autre ; l’amélioration de la gestion administrative, l’amélioration de la gestion financière, l’amélioration de la gestion d’hygiène hospitalière, l’augmentation de la disponibilité du plateau technique, l’élaboration de stratégies de recouvrement des coûts, l’augmentation du taux de fréquentation des services des deux hôpitaux, l’amélioration de la gestion des médicaments et des autres produits de santé, et le transfert de compétences en gestion hospitalière aux équipes administratives des deux centres.

Le ministre de la santé et de la protection sociale est accompagné par un groupe d’experts pluridisciplinaires chargés d’apporter des éclairages nécessaires pour une meilleure compréhension de cette initiative. L’occasion a été saisie encore une fois par le ministre de la santé pour échanger avec le personnel des dits centres hospitaliers de la vision du gouvernement dans l’amélioration des conditions de travail et de gestion des formations sanitaires après son passage en février passé.

« La finalité du projet est de contribuer à l’amélioration de la santé de la population ciblée par les deux hôpitaux. L’objectif général est d’améliorer la performance des services médicaux des deux hôpitaux en mettant en place une gestion hospitalière efficace. Ce n’est pas une privatisation. C’est une délégation de gestion, dans laquelle les structures sanitaires garderont leur statut d’institution publique, les infrastructures, équipements et ressources humaines restent une propriété de l’Etat. La structure contractante éjectera aucun francs», a déclaré le ministre de la santé et de la protection sociale, le Professeur Moustafa MIJIYAWA
La contractualisation permettrait aux hôpitaux ciblés de bénéficier d’une amélioration de la gestion administrative, d’une bonne gestion financière, et de l’hygiène hospitalière, de l’augmentation de la disponibilité du plateau technique, l’élaboration de stratégie de recouvrement des couts, amélioration de la gestion des médicaments et des autres produits de santé sans oublier le transfert de compétences en gestion hospitalière de l’Entraide Médicale International.

L’approche contractuelle dans les hôpitaux du Togo connaitra d’abord une phase de pilote de six mois, et les résultats une fois concluants, le projet s’étendra aux autres formations sanitaires publiques.
Il faut noter que le ministre avait à ses côtés les premières autorités politiques locales, notamment le préfet de l’Ogou et le président de la délégation spéciale de la commune d’Atakpamé.
Service de communication du MSPS