Ministère de la Santé et de la Protection Sociale

lancement officiel des subventions 2018-2020 du fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme



Les nouvelles subventions annoncées par le fonds mondial en faveur du Togo dans le cadre de la lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VHI-Sida ont pris effet à compter du 1er janvier. Les actions vont se poursuivre pour prendre fin en 2020, soit trois années. Le déclic des interventions de ce nouveau financement a été donné ce mercredi par le ministre de la santé et de la protection sociale, le professeur Moustafa MIJIYAWA.
L’objectif pour le gouvernement et ses partenaires de la santé est de réduire la prévalence du VIH chez les 15 à 49 ans de 2,5% à 1,8%, l’incidence du paludisme de 161 à 40 pour mille, et celle de la tuberculose de 58 à 23 pour mille. Pour cette raison, l’appui du fonds mondial à hauteur de 37 milliards de francs Cfa pour 2018-2022 est vraiment salué par le gouvernement.
 « Dans ses efforts de garantir à chaque Togolais le droit à la santé qui est inscrit dans notre constitution, le Gouvernement mène la riposte face à ces maladies dans le cadre des plans nationaux de développement sanitaires successifs dont le quatrième (PNDS 2017-2022) est en cours de mise œuvre. Les mesures de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme figurent parmi les interventions prioritaires prévues au deuxième axe stratégique de ce 4e PNDS avec pour principaux objectifs de réduire la prévalence du VIH chez les 15 à 49 ans de 2,5% à 1,8% ; l’incidence du paludisme de 161,0 à 40,0 ‰ et l’incidence de la tuberculose de 58,0 à 23,0 ‰. Pour l’atteinte de ces objectifs, des ressources conséquentes devront être dédiées à la lutte contre ces maladies et au renforcement du système de santé. D’un montant total de plus de 57 millions d’Euro, ce nouveau don viendra s’ajouter aux investissements nationaux en matière de santé. A l’aube de la période que couvriront ces subventions, l’atelier de lancement amarré à la présente cérémonie permettra aux différents acteurs de porter un regard sur les actions passées, d’en tirer les leçons, sans auto flagellation excessive, mais sans autosatisfaction débordante non plus, le passé étant ressassé dans l’unique but d’être dépassé », a déclaré le ministre de la santé et de la protection sociale, Professeur Moustafa MIJIYAWA.
En lançant ce jour les activités dans le cadre de ces subventions, l’Etat togolais et le fonds mondial procèderont également à l’élaboration d’un plan de gestion des risques et des mesures d’atténuation. Vu l’importance de ce plan de gestion dans la réussite de nouveaux financements du fonds mondial, le ministre de la santé et de la protection sociale a invité les participants aux travaux à plus de rigueur.
Le président du CCM a invités les acteurs de mise en œuvre à un suivi minutieux de la tâche qui leur revient. « Les participants ne devraient pas perdre de vue les principaux objectifs du présent atelier que je voudrais bien rappeler à votre attention. Il n’y a pas de « risque zéro ». Tous les risques doivent être révélés et analysés. Chers acteurs de la mise en œuvre des subventions, les populations bénéficiaires vous jugeront sur vos résultats. Mais, je suis convaincu que vous allez améliorer vos précédentes performances ». A déclaré M. ASSIMAIDOU Kossi, ministre de la planication et président du CCM.
Selon le docteur Youssouf SAWAGOGO, Gestionnaire du portefeuille du Fonds Mondial au Togo, les éventuelles menaces sont l’insuffisance de ressources humaines (OPS, dispensateurs, prescripteurs, médiateurs…), et faible disponibilité de ressources financières malgré les appuis du fonds mondial. L’atténuation des risques contribuera  à booster l’élan actuel du Togo marqué par une hausse de consommation des ressources mise à sa disposition par le Fonds Mondial. Un élan renforcé par la volonté et l’engagement des parties prenantes dont les premières autorités  et le CCM, a-t-conclu.
Il est à noter que depuis 2002, le Fonds Mondial se tient aux côtés du Togo et son appui a été déterminant dans l’atteinte des résultats obtenus dans la lutte contre la maladie et dans le renforcement du système de santé. C’est Pour ce fait, le Gouvernement, a exprimé sa reconnaissance au Fond Mondial pour l’accompagnement technique et financier qu’il à travers les trois nouvelles subventions destinées d’une part à consolider les résultats obtenus dans le contrôle du paludisme et d’autre part, à accélérer la mise en œuvre des services de prévention et des soins de qualité dans la lutte contre les épidémies de l’infection à VIH et de la tuberculose.
Service de Communication du MSPS