Ministère de la Santé et de la Protection Sociale

le fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme accorde des subventions au gouvernement togolais



signature des subventions de financement pour la période 2018-2020. Le montant global est estimé à 57,6 millions d’euros, environ 37 milliards de francs CFA
Le Togo et les principaux contributeurs du Fonds mondial de lutte contre le VIH-Sida, la tuberculose et le paludisme notamment l’Union Européenne, la France, l’Allemagne et les Etats Unis’, ont procédé jeudi 30 novembre 2017 à Lomé à la signature des subventions de financement pour la période 2018-2020. Le montant global est estimé à 57,6 millions d’euros, environ 37 milliards de francs CFA. La cérémonie présidée par le chef du gouvernement, Komi Selom KLASSOU, en présence du ministre de la santé, Moustafa MIJIYAWA a connu la participation de la directrice Afrique et moyen Orient au Fonds mondial, Cynthia MWASE.

« Ces précieux financements permettront d’acheter des médicaments pour soigner les malades, de soutenir des programmes de prévention des maladies et de contribuer au renforcement du système de santé. En renforçant la synergie de nos actions sur le terrain, je reste convaincu que nous parviendrons à construire un système de santé résilient capable de relever les nombreux défis sanitaires auxquelles nos populations sont confrontées», a déclaré Khardiata Lo Ndiaye, coordinatrice du système des nations unies au Togo.
Poursuivant les propos, elle a appelé chaque acteur à un engagement ‘total, permanent et synergique’ pour permettre de délivrer des services de qualité et dans des délais appropriés à celles et ceux qui en ont besoin.
Depuis 2002, le fonds mondial a accordé au Togo, treize (13) subventions à savoir cinq subventions pour le paludisme, quatre pour le sida et quatre pour la tuberculose. Pour la directrice Afrique et moyen Orient au Fonds mondial, Cynthia MWASE, tous les pays d’Afrique dont le Togo à faire preuve du courage dans la campagne de lutte contre le VIH Sida, le palu et la tuberculose.

« Entant que femme et mère, je suis très contente de ce que le Togo a éliminé la transmission du VIH de la mère à l’enfant », a-t-elle déclaré.
Lors de son allocution, le chef du gouvernement a pour sa part rappelé les efforts du gouvernement dans la lutte contre ces maladies et qui veut pour les prochaines années mettre l’accent sur la prévention.
«Au Togo, l’implication des plus hautes autorités  Togo dans le domaine de la santé n’est plus a démontrée. Ainsi le gouvernement a réaffirmé la priorité accordée au secteur de la santé en adoptant au conseil des ministères récemment le nouveau plan national de développement sanitaire 2017-2022.
Depuis plusieurs années, le Président de la République s’est personnellement impliquée dans la lutte contre ces maladies comme président du Conseil National de Lutte contre le Sida ; il est l’un des leaders champions du Fonds Mondial. Sous son impulsion, les médicaments antirétroviraux, les médicaments antituberculeux et les médicaments antipaludéens sont rendus accessibles aux populations bénéficiaires.
 Il s’agit avant tout de mettre l’accent sur la prévention de ces trois affections transmissibles de manière plus efficace et coordonner afin de diminuer très sensiblement, la morbidité. Dans le cadre de la lutte contre le palu, la tuberculose et le sida les résultats sont encourageants. La couverture des ménages en moustiquaire est de 93%, la prévalence des parasites chez les enfants de moins de cinq ans a été réduite de moitié et la mortalité hospitalière est passée de 0.23 à 0.16 pour mille en 10 ans. Le taux de patients atteints de tuberculose a été réduit également de moitié, l’incidence est passée de 73 à 52 pour 100 000 habitants. Pour le sida le taux de nouvelle affection a été réduit de plus de moitié en 10 ans : 46 000 personnes sont traitées, 62 000 sont prises en charge dans les centres et prévalence au plan national est passée de 3,4 à 2,5%.», a déclaré on Excellence Monsieur Komi Selom KLASSOU, pour qui l’élimination de ces maladies, doit passer par des programmes adaptés et ciblés.
Dans la lutte contre le VIH/SIDA notre pays est actuellement dans la mise en œuvre de son 4è plan stratégique national  avec l’obtention des résultats encourageants. A-t-il ajouté.
« Ainsi dans le domaine de prévention, il y a une baisse de plus de 50% des nouvelles infections en 10 ans et plus de 9 femmes sur 10 reçoivent les médicaments antirétroviraux (ARV) pour réduire la transmission du VIH à leurs enfants ; 55000 personnes vivant avec le VIH (PVVIH) sont  ARV.  Mais ils restent encore d’énormes défis pour  accélérer les activités de prévention afin d’amplifier les résultats déjà obtenus notamment chez les jeunes et adolescents  d’une part et d’autre augmenter le taux de couverture des médicaments ARV pour les toutes les PV VIH dans le cadre de l’atteinte des objectifs 90-90-90 ».
Il a, pour terminer, exprimer à tous les responsables du Fonds mondial la profonde gratitude du Président de la République, du Gouvernement, du peuple togolais mais aussi et surtout des bénéficiaires directs desdites subventions. Il a également félicité le CCM-Togo, instance nationale  coordination des projets financés par le Fonds mondial dont les efforts ont permis de mobiliser des ressources permettant d’engager une lutte sans merci contre les trois maladies. Pour lui le combat engagé dans nos pays contre ces maladies est loin d’être gagné et d’importants défis restent à relever. C’est pourquoi, les efforts doivent être soutenus en matière de la mobilisation des moyens au plan national et international afin de pouvoir offrir aux patients, dans le cadre de l’accès universel et gratuit, les soins et services de qualité.

Ce Fonds mondial alloué au Togo un montant de 57, 599,205 Euros pour la reconduction des programmes couvrant la période de 2018 à 2020 soit 37,77 milliards de FCFA répartis comme suit : VIH /Sida : 27, 498,407 Euros soit 18 037 712 560 FCFA; Tuberculose : 1, 639,400 Euros soit 1 075 375 906 FCFA; Paludisme : 28, 461,398 Euros soit 18 669 453 248 FCFA.
L’appui fourni par le Fonds dans le passé a permis, notamment, d’offrir un traitement ARV à 45.000 malades du sida, de dépister et de traiter plus 20.000 cas de tuberculose et de distribuer 7 millions de moustiquaires imprégnées - très efficaces contre le palu – ainsi que l’achat de médicaments. L’objectif est de parvenir à la fin des épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme au Togo.
Fondé en 2002, le Fonds est un partenariat entre les gouvernements, la société civile, le secteur privé et les personnes touchées par les maladies. Il collecte et investit près de quatre milliards de dollars par an à l’appui de programmes dirigés par des spécialistes locaux dans les pays et les communautés qui en ont le plus besoin.
Service de Communication du MSPS