Ministère de la Santé et de la Protection Sociale

Suivi de la mise en œuvre de la contractualisation par le Chef de l’Etat au CHR Atakpamé



évaluer la réforme de la contractualisation et procéder à la remise d’équipements acquis dans le cadre du PUDC
Le Chef de l’Etat s’est rendu le mercredi 14 décembre 2017 au CHR d’Atakpamé pour évaluer la réforme de la contractualisation et procéder à la remise d’équipements acquis dans le cadre du PUDC. Il a été reçu à son arrivée par une foule en liesse venue lui témoigner son soutien et son adhésion aux reformes entreprises dont la réforme hospitalière dénommée « Approche contractuelle ». Ceci, en présence des membres du gouvernement, dont le ministre de la santé et de la protection sociale, Professeur Moustafa MIJIYAWA, des partenaires techniques et financiers, dont la coordinatrice du système des Nations Unis au Togo, Madame Khardiata Lo N’diaye et des autorités politiques et des responsables de la pyramide sanitaire du Togo.
Le PR recevant un bain de foule à son arrivée à Atakpamé
 
Sur instructions du Chef de l’Etat, le Gouvernement  togolais a mis en œuvre une réforme de la gestion des formations sanitaires fondée sur l’approche contractuelle. Le CHU-SO, le CHR d’Atakpamé et le CHP de Blitta sont les trois sites de la phase pilote. La contractualisation est mise en œuvre au CHR d’Atakpamé et au CHP de Blitta depuis le 15 juin 2017.
 
La contractualisation est basée sur une délégation de gestion à une entité non étatique chargée de mettre en place  des outils et des  mécanismes  d’une gestion orthodoxe, participative et inclusive. Elle comporte sept axes : la gestion des ressources humaines ; la gestion financière ; la gestion de la pharmacie ; l’amélioration de la satisfaction des patients ; le renforcement du plateau technique ; l’amélioration de la prise en charge des indigents ; l’amélioration de l’hygiène et de l’assainissement.
 
« Après cinq mois de mise en œuvre au CHR d’Atakpamé,  la contractualisation s’est soldée par une augmentation des taux de fréquentation, reflet de la satisfaction des patients (consultations : + 11,27% ; hospitalisations : +10,21% ;  chirurgie : +35,64% ;  laboratoire : +8,62% ; accouchements : +70,37% ; imagerie médicale : +11,95%), une augmentation des recettes  de 35% , une augmentation du  taux de recouvrement (85%), une augmentation de la disponibilité des médicaments (92%, sur la base d’une liste de 52 produits établie par les prestataires) , un aménagement du cadre de travail  (salubrité, plantation d’une centaine d’arbustes), et une réduction du taux de retard de 12 à 3%.
Ces résultats ont permis le paiement régulier des salaires et des primes des 109 agents émargeant sur le budget autonome depuis juin 2017 (18.500.000 FCFA par mois), une réduction du découvert à la banque de 46 à 31 millions de francs, une augmentation de l’achat de médicaments de 66%, une augmentation des frais alloués à la maintenance des équipements de 841%, l’achat de 2 microscopes (2.700.000 FCFA), de 6 ordinateurs (2.965.000 FCFA), d’une table d’accouchement (680.000 FCFA), et  deux brancards (1.369.500 FCFA), ainsi que  la réhabilitation de la pharmacie  (5.588.226 FCFA) ». A indiqué le ministre de la santé et de la protection sociale, le professeur Moustafa MIJIYAWA.
 
Dans la suite logique de cette initiative, le chef de l’Etat a visité les services dudit centre hospitalier et des malades et s’est ensuite entretenu avec le personnel. Le Chef de l’Etat a rappelé les fondements de la réforme axée sur la contractualisation, ainsi que ceux relatifs au Programme d’Urgence de Développement Communautaire. Il a félicité tous les acteurs dont l’adhésion et l’engagement ont permis l’obtention des résultats enregistrés. Ces résultats ne peuvent que susciter l’extension rapide de la réforme dont la réussite est étroitement liée à son appropriation par la population. Le Chef de l’Etat a en outre incité les uns et les autres au respect des règles de déontologie médicale, tout en affirmant la résolution de l’Etat à honorer ses engagements, avec comme finalité le bien-être de la population. Cet engagement de l’Etat est une balance à deux bras, l’un portant sur l’assainissement de la gestion, et l’autre sur l’aménagement du cadre de travail à travers la réhabilitation des infrastructures et leur dotation en équipements.
 
Par la même occasion, une cérémonie de remise des équipements au Ministère de la Santé dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’urgence de Développement Communautaire  a été tenue dans la cour du CHR Atakpamé.
Dans la perspective de réduire les disparités et les inégalités en matière d’accès aux services de santé de base et de permettre aux communautés défavorisées de bénéficier équitablement des soins de santé, des stratégies avancées sont proposées pour la fourniture des services de santé intégrés de base et des services spécialisés complémentaires. Elles permettront au pays d’accélérer la réalisation de la couverture sanitaire universelle Les équipements acquis dans le cadre du Programme d’Urgence de Développement Communautaire sont constitués de cinq ambulances, de dix véhicules de liaison et de 100 motos.

Pour rappel, le Gouvernement de la République Togolaise a adopté en 2016, un vaste Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC). Le PUDC cible principalement les populations les plus vulnérables vivant dans les zones peu ou mal desservies par les interventions de l’Etat, avec pour objectif d’accélérer significativement leur accès aux infrastructures, équipements et services sociaux et économiques de base. Les interventions du PUDC permettent d’enregistrer des progrès majeurs et rapides dans les domaines prioritaires tels que l’éducation, l’agriculture, la santé, la protection sociale, l’accès à l’énergie, l’alimentation en eau potable en milieu semi et péri-urbain, l’autonomisation économique des femmes, des jeunes et des autres groupes vulnérables. Elles permettront également l’accès à un logement décent.                                                      
Service de Communication du MSPS