Aller au contenu principal
Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique

Forum Togo-UE: les défis liés au secteur de la santé au Togo

Publié le : 20 juin 2019
Forum

« Les normes strictes régissant l’implantation des industries pharmaceutiques exposées par le  Moustafa MIJIYAWA » 

Dans le cadre du forum Togo-UE, plusieurs membres du gouvernement ont animés des panels pour exposer les atouts permettant un investissement sécurisé au Togo. Parmi ceux-ci, l’on a suivi avec passion celui du ministre de la santé et de l’hygiène publique, le professeur Moustafa MIJIYAWA. Un panel de haut niveau qui a permis aux investisseurs de mieux appréhender les normes de création et d’installation d’une unité de fabrication de produits pharmaceutiques et leur commercialisation.

Les pratiques de vente et d’achat de médicaments pharmaceutiques industriels hors du cadre formel imposé par l’État togolais et par le système de santé biomédical en vigueur sont interdites. Le Professeur Moustafa MJIYAWA, ministre de la santé et de l’hygiène publique, invité au panel qui a débattu sur les défis liés au secteur de la santé au Togo lors du deuxième jour du Forum Économique Togo-Union Européenne n’est pas allé de main morte sur le respect des normes strictes régissant la fabrication des produits pharmaceutiques afin de garantir la puissance des principes actifs ainsi que la qualité et la pureté des produits finis que les Togolais doivent consommer. Ces normes garantissent des produits sûrs et efficaces pour les patients rassure t-il.
Selon le ministre de la santé et de l’hygiène publique, le professeur Moustafa MIJIYAWA, le moindre changement de l’un de ces facteurs peut avoir des conséquences graves pour les patients. Les contrôles et vérifications mis en place doivent donc être bien plus rigoureux que ceux appliqués dans l’industrie alimentaire par exemple.
 «Il faut avoir une autorisation de mise sur le marché des produits pharmaceutiques. Et dans le cadre du Plan National pour le Développement (PND) la rigueur sera renforcé concernant la mise sur pied d’une usine de production de médicaments au Togo parce qu’il y a eu des pays où on a vu des comprimés censés soignés qui étaient en réalité du gari enrobé. Le pays comme le Nigeria en a été victime. Pour implanter une usine de la sorte au Togo, il nous faut une expertise internationale afin d’éviter de faire circuler des médicaments qui occasionneront des crises de santé publique. Il y a un drame qui se produit dans notre capitale, c’est des gens qui  circulent avec des hauts parleurs qui vendent des produits pharmaceutiques, c’est des dispositions que nous allons  prendre pour interdire cela. D’abord c’est interdit et réservé uniquement au réseau des pharmacies, ensuite on ignore tout de la provenance de ces produits. Quand on sait que 40% des médicaments vendus au Togo sont des faux (statistiques fournies par l’Ordre des pharmaciens), on a des craintes ». 
En d’autres termes, la lourde responsabilité de la sécurité du consommateur se situe clairement au niveau de la fabrication. Il est essentiel de mettre en place des bonnes pratiques reconnues dans le secteur afin de garantir la sécurité et l’efficacité des médicaments.
« Dans le secteur de la fabrication de produits pharmaceutiques, nous attachons beaucoup d’importance au respect des pratiques et des procédures garantissant des niveaux élevés de qualité et de sécurité. Dans le cadre du PND, les mesures seront strictes en matière d’implantation d’une usine de fabrication de médicament au Togo». A-t-il indiqué.

Service de Communication du MSHP
 

 

Top