Aller au contenu principal

L’Institut National d’Hygiène, INH Fête ses 50 ans d’existence

Publié le : 13 juin 2018
L’Institut National d’Hygiène, INH Fête ses 50 ans d’existence

   Un dépistage gratuit de la drépanocytose à Lomé et de l’hépatite B à Sotouboua, au programme.

   L’Institut national d’hygiène (INH) organise des campagnes de dépistage gratuit de drépanocytose du 12 au 16 juin à Lomé et du 20 au 23 juin le dépistage gratuit de l’hépatite B à Sotouboua. L’annonce a été faite mardi au cours du lancement des journées portes ouvertes de l’institution. Ces journées portes ouvertes s’inscrivent dans le cadre de la célébration des 50 ans d’existence de l’institut national d’hygiène et vise à mieux faire connaitre ses services au public. Il s’agit au cours de ces journées portes ouvertes d’offrir une occasion pour les utilisateurs des services de ses services de poser des questions liées à leurs différentes activités.

Les activités des 50 ans d’existence de l’institut national d’hygiène (INH) couvriront la période du 12 au 22 juin avec deux campagnes de dépistage gratuit et des journées portes ouvertes à la direction.
  Placé sous le thème ‘ le rôle de l’institut national d’hygiène dans la santé publique au Togo’, le jubilé d’or sera aussi une occasion pour la direction de l’institut de faire le bilan du parcours, relever les résultats, les défis et définir de nouveaux objectifs. Jadis appelé Instiut Ernst Roderwalt et l’un des premiers fruits de la coopération germano-togolaise, l’institut national d’hygiène a connu sa reconnaissance à partir des années 2000.

Selon le directeur général adjoint, Kossi Badiklou, qui intervenait au nom de sa patronne, l’INH a connu entre 1980 et 1999, une période difficile à cause de l’ajustement structurel, la récession budgétaire suivi des crises sociopolitiques avec des infrastructures délabrées, des équipements vétustes non renouvelés, en panne non réparés, ruptures des fréquentes de réactifs, etc…

« Les journées portes ouvertes sont une opportunité pour échanger, mieux se connaitre et également connaitre les défis. Les gens qui font analyser pour certains paramètres et qui veulent avoir les résultats l’après-midi alors que techniquement ce n’est pas possible, c’est le lieu d’en discuter. Il faudrait qu’on discute pour s’accorder sur un certain nombre de chose parce que nous sommes des partenaires. L’INH et ses clients dans son ensemble doivent savoir ce que nous faisons. Nous allons essayer de nous défendre et de nous améliorer. Tous vos propositions dans le sens de l’amélioration de nos prestations seront les bienvenues au cours de ces journées portes ouvertes », a déclaré Dr Badiklou Kossi, directeur général adjoint de l’INH.

Plusieurs thèmes vont meubler ces journées portes ouvertes auxquelles l’INH invite toute la population togolaise à venir échanger avec lui sur ses prestations en vue d’une amélioration future. Des thèmes entre autres sur la drépanocytose, un panel sur le rôle du laboratoire dans la sécurité sanitaire des aliments une occasion pour les producteurs d’eau minérale, des produits agroalimentaires, les hôteliers, les restaurateurs de venir échanger avec l’INH.

Il est à rappeler que c’est à partir de l’année 2000 que l’INH a connu un nouveau souffle, ceci avec la mise en place d’une équipe pour organiser et utiliser judicieusement le peu de moyen disponible pour satisfaire tant soit peu les besoin de la clientèle et l’accompagnement assuré par quelques partenaires régionaux et internationaux. Petit à petit, l’institut national d’hygiène a fini par refaire surface et réhabilité, équipé avec le renforcement du plateau, etc..Aujourd’hui, l’INH dispose des capacités de confirmer la majorité des maladies MPE-terme technique- et eu quelques distinctions également comme l’accréditation ISO 17025 du laboratoire Ubio depuis 2012, l’accréditation ISO 15189 pour l’hémogramme depuis 2013, il est doté également d’un centre d’analyse pour des cas de maladie à Ebola etc…Il offre divers services comme les analyses des prélèvements divers (Sang, selles, urines, écoulements génitaux, pus, peau, …) effectuées dans des laboratoires : bactériologie, parasitologie, sérologie, hématologie et biochimie, les analyses microbiologiques des denrées alimentaires (poissons, viandes, plats cuisinés…), les analyses microbiologiques et physico-chimiques de l’eau (eau de forage, eau de source commercialisée…), la vaccination contre la fièvre jaune, la méningite, l’hépatite B etc… et délivrance de cartes de vaccination aux voyageurs, la formation pratique du personnel de laboratoire, le conseil et dépistage volontaire du VIH, le collecte et analyse des prélèvements pour douze Centres Médicaux Sociaux, l’appui à la recherche, la surveillance au laboratoire des maladies à potentielle épidémique, etc…
Il dispose d’un cadre de 90 places pour accueillir des séminaires, ateliers, et réunions et des séances hebdomadaires de communication pour la santé.
                                                                                                               Service de Communication du MSPS
Top