Aller au contenu principal

Journée Mondiale sans tabac édition 2018 « Le Togo très engagé dans la lutte »

Publié le : 03 juin 2018
Journée Mondiale sans tabac édition 2018 « Le Togo très engagé dans la lutte »

   C’est pour sensibiliser davantage les populations sur les méfaits du tabagisme que la communauté internationale célèbre chaque 31 mai la Journée Mondiale de lutte contre le Tabac.

  Le tabagisme est l’un des comportements qui constituent le "facteur de risque" le plus puissant des principales causes de décès dans le monde. Il constitue une menace pour nous tous, indépendamment du sexe, de l’âge, de la race, de la culture et de l’éducation. Il entraîne des souffrances, la maladie, la mort prématurée ; appauvrit les familles et affaiblit les économies nationales. C’est pour sensibiliser davantage les populations sur les méfaits du tabagisme que la communauté internationale célèbre chaque 31 mai la Journée Mondiale de lutte contre le Tabac. Cette année, ce sont les maladies cardiovasculaires qui sont au centre de la cette journée mondiale, d’où le thème : « Le tabac et les cardiopathies ». Le Togo ne déroge pas à la règle. Le lancement des activités marquant la célébration cette année s’est déroulé dans un hôtel de la place en présence des autorités sanitaires, des partenaires et des représentants de la société civile.

 
  Les coûts du tabagisme pour l’économie sont considérables en raison des coûts accrus des soins de santé avec une menace majeure pour le système de couverture sociale. Le tabagisme aggrave la pauvreté, car les personnes les plus pauvres consacrent moins de ressources aux besoins essentiels tels que les denrées alimentaires, l’éducation et les soins de santé au profit du tabac. 80% des décès prématurés dus au tabagisme surviennent dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Selon l’OMS, le tabac tue de 33 à 50 % des fumeurs, qui meurent, en moyenne, 15 ans avant le reste de la population. Les taux de mortalité attribuable au tabagisme sont généralement plus élevés dans les pays à revenu intermédiaire ou élevé en raison de plusieurs facteurs, principalement la prévalence relativement forte du tabagisme. Au niveau mondial, 5 % des décès dus à des maladies transmissibles et 14 % des décès dus à des maladies non transmissibles sont attribuables au tabagisme chez l'adulte de plus 30 ans. S'agissant des maladies transmissibles, on estime que le tabagisme est responsable de 7 % des décès dus à la tuberculose et de 12 % des décès dus aux infections des voies respiratoires inférieures.

  « L’OMS, consciente de la propagation de fléau mondiale qu’est le tabagisme a instauré la Journée mondiale sans tabac célébrée chaque 31 mai, afin de rappeler à ses partenaires de sensibiliser les populations sur les risques sanitaires, économiques, sociaux et environnementaux associés au tabagisme. Cette année, ce sont les maladies cardiovasculaires qui sont au centre de la cette journée mondiale. Trop souvent encore, dans l’opinion,  associé exclusivement au cancer, le tabagisme a un effet majeur sur la santé cardiovasculaire. Les accidents vasculaires cérébraux, les cardiopathies et autres maladies cardiovasculaires constituent la première cause de décès dans le monde. L’infarctus du myocarde est désormais, par exemple, responsable de 18 % des décès féminins dans le monde, une hausse qui n’est pas sans lien avec la montée de la prévalence tabagique chez les femmes. On estime qu’environ 12 % des cardiopathies sont dues au tabagisme. Ce dernier constitue ainsi la deuxième cause principale de maladie cardiovasculaire, après l’hypertension artérielle ». A déclaré le représentant du bureau de l’OMS au Togo.

  Le thème retenu pour la journée mondiale de cette année, est un aspect essentiel de ce fléau mondial, qui reste une épidémie industrielle causant la mort prématurée de sept millions de personnes chaque année. Un fléau qui touche aussi les non-fumeurs, puisque 900 000 d’entre eux meurent annuellement de leur exposition à la fumée des autres. Ce sont les pays les plus fragiles qui sont les plus touchés, puisque 80 % des fumeurs vivent dans les pays les moins développés comme le Togo.
« Le Gouvernement togolais conscient de ces enjeux aussi déterminant pour notre pays et notre planète, s’est résolument engagé dans la lutte contre ce fléau à travers plusieurs actions, notamment :
  • la ratification de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac le 15 novembre 2005
  • le vote et la promulgation de la loi n° 2010-017 du 31 décembre 2010 relative à la production, à la commercialisation et à la consommation des cigarettes et autres produits du tabac et la publication de ses décrets et arrêtés d’application.
  • la ratification le 30 janvier 2018 du Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac afin de combattre et de réduire les conséquences financières, juridiques et sanitaires de ce dernier.
 C’est dans la droite ligne de cet engagement pris par le gouvernement que je demande solennellement en ce jour aux différents acteurs de la lutte contre le tabac et de ses produits dérivés, de renforcer la sensibilisation des populations à la connaissance et à l’application effective et efficiente de la loi n° 2010-017 du 31 décembre 2010 et ses décrets d’application et de la faire respecter par les firmes exerçant au Togo. J’ai la ferme conviction qu’en agissant ainsi, nous parviendrons, d’ici l’horizon 2025, à réduire de 25 % la prévalence actuelle du tabagisme dans notre pays ». A indiqué madame AKAKPO Midamégbé, Directrice de Cabinet du ministre de la santé et de la protection sociale.

Il est à noter que le tabagisme est responsable de 10 % des décès dus aux maladies cardiovasculaires comme les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et crises cardiaques, de 22 % des décès dus aux cancers et de 36 % des décès dus aux affections de l'appareil respiratoire. 71% des décès liés au cancer du poumon sont attribuables au tabagisme. 42% des décès dus à une broncho – pneumopathie chronique obstructive sont dus au tabagisme.
                                                                                                               Service de Communication du MSPS
Top