Aller au contenu principal

Amélioration du taux de couverture vaccinale au Togo

Publié le : 05 aoû 2018
Amélioration du taux de couverture vaccinale au Togo

Vers la validation d’un plan intégré de communication

En vue d’augmenter le spectre de protection des enfants contre les maladies évitables par la vaccination et ainsi contribuer plus efficacement à l’effort de réduction de la mortalité et de la morbidité des enfants du pays, le Gouvernement du Togo a, depuis 2004, sollicité périodiquement et tant que le besoin se fait sentir, l’appui de GAVI, de l’OMS, de l’UNICEF et d’autres partenaires pour l’introduction de nouveaux vaccins dans le PEV de routine. L’introduction de tous ces vaccins dans le PEV de routine nécessite donc un accompagnement sur le plan communicationnel, la communication étant un élément clé dans le système de vaccination. Pour cela des stratégies de communication adaptées au contexte du pays doivent être mises en œuvre à tous les niveaux afin d’amener les communautés à  adhérer favorablement au programme élargi de vaccination. 

Pour répondre à ces nombreux défis, le ministère de la santé à travers la Division de l’Immunisation se propose d’élaborer un nouveau plan de communication en faveur du PEV qui prend en compte tous ces changements.

Le Togo comme la plupart des pays de la  Région Africaine de l’OMS (AFRO) a adopté la vaccination systématique des  enfants de moins de 12 mois dans le cadre du Programme Elargi de Vaccination (PEV) en 1980. Le PEV a pour objectif la vaccination des enfants de 0 à 11 mois contre la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, la rougeole, la fièvre jaune, l’hépatite B et l’Haemophilus influenzae b, les diarrhées à rotavirus, la rubéole, les infections à pneumocoque  et les femmes enceintes contre le tétanos afin de réduire la morbidité et la mortalité due à ces maladies.

Selon les données de l’EDST- 2013, la mortalité infanto-juvénile est de 89 p 1000 naissances vivantes c’est-à-dire 1 enfant sur 11 risque  de mourir avant d’atteindre l’âge de cinq ans. En terme absolu, ce niveau de mortalité baisse quelque peu par rapport  aux données de l’EDST II 1998 où cette mortalité était de 155 p 1000 naissances. Cependant, cette baisse n’est pas suffisante pour atteindre les Objectifs du développement durable (ODD)

En vue d’augmenter le spectre de protection des enfants contre les maladies évitables par la vaccination et ainsi contribuer plus efficacement à l’effort de réduction de la mortalité et de la morbidité des enfants du pays, le Gouvernement du Togo a, depuis 2004, sollicité périodiquement et tant que le besoin se fait sentir, l’appui de GAVI, de l’OMS, de l’UNICEF et d’autres partenaires pour l’introduction de nouveaux vaccins dans le PEV de routine. Il s’agit du vaccin antiamaril, le vaccin contre l’hépatite virale B et l’Haemophilus influenzae type B introduits successivement en 2005 et 2008. Et c’est dans la même perspective que le Ministère de la Santé a introduit dans le PEV de routine le vaccin contre les infections à  pneumocoque et le vaccin contre les diarrhées à rotavirus au premier trimestre de 2014. Egalement un projet de démonstration de vaccination des filles de 10 ans contre le papillome virus humains a démarré en 2015  dans les districts de Tchamba et de Golfe en vue de son extension à tous les districts en 2020. L’introduction de la première dose du vaccin contre la rougeole et la rubéole (RR) a été faite en 2018. La deuxième dose qui concerne les enfants de 15 mois est prévue pour Août 2018.

D’autres vaccins comme le Vaccin antipoliomyélitiques Inactivé (VPI), le vaccin contre la méningite due au méningocoque A (MenAfriVac) sont en cours d’introduction.

L’introduction de tous ces vaccins dans le PEV de routine nécessite donc un accompagnement sur le plan communicationnel, la communication étant un élément clé dans le système de vaccination. Pour cela des stratégies de communication adaptées au contexte du pays doivent être mises en œuvre à tous les niveaux afin d’amener les communautés à  adhérer favorablement au programme élargi de vaccination. 

C’est pour répondre à ces nombreux défis, le ministère de la santé  et de la protection sociale s’est lancé dans l’élaboration d’un nouveau plan intégré de communication en faveur du Programme Elargi de Vaccination qui prend en compte tous ces changements. C’est à travers un atelier tenu du 2 au 27 juillet 2018 à Kpalimé, avec l’appui techniques des partenaires techniques et financiers notamment l’OMS et l(UNICEF. L’objectif général de ce plan est de finaliser de manière participative, le plan intégré de communication en faveur de la vaccination au Togo pour la période 2018-2020. Il s’est agit plus spécifiquement de finaliser l’analyse situationnelle et une évaluation complète précisant les forces, les faiblesses, les opportunités et les contraintes de la communication actuelle sur la vaccination y compris l’environnement général de la lutte contre les maladies cibles du PEV ; les priorités d’interventions en matière de communication du PEV et sur lesquels seront bâtis les axes stratégiques du plan de communication ; le cadre opérationnel et le mécanisme de Suivi-Evaluation et le budget dudit plan.

Pour ce faire, des présentations théoriques entre autres sur les aspects clés en matière de planification et analyse de situation communication pour le Développement (C4D);   les résultats de l’évaluation du plan stratégique 2011-2015 ; le draft du plan intégré 2018-2020. Ces présentations ont enrichi des travaux de groupe thématique sur la structuration et le fond du document dont les travaux ont été restitués en plénière. A la suite des travaux, un draft de plan intégré de communication a été élaboré et sera soumis à validation très prochainement avec l’implication de plusieurs acteurs étatiques et des partenaires.

Service de Communication du MSPS

 

Top