Aller au contenu principal
Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique

Des experts des pays francophones de la région Afrique de l’OMS en formation sur la gestion des informations géographiques

Publié le : 08 mai 2019
ARC GIS OMS

une formation Système d’Information Géographique a été organisée pour les pays francophones de la région

Le programme de gestion des urgences de santé de l'Organisation mondiale de la santé consiste à aider les pays et à coordonner l'action internationale en vue de prévenir, préparer, détecter, réagir rapidement et éliminer des épidémies et des situations d'urgence dans le cadre du Règlement sanitaire international de 2005. (RSI) afin de protéger la santé et de sauver des vies.
Il est de plus en plus évident que l’information géographique est l’une des informations essentielles en santé publique. Une utilisation efficace de l'information géographique peut avoir des effets positifs significatifs, notamment sur les activités de préparation et d'intervention en cas d'urgences de santé publique. Par exemple, en comprenant la répartition géographique des cas signalés lors d’une épidémie, les décideurs peuvent cibler et planifier leurs activités d’intervention et allouer leurs ressources de manière efficace. Des informations géographiques importantes ont été collectées de manière active et systématique par les États Membres dans la région africaine de l'OMS avant et pendant les urgences sanitaires. Toutefois, les analyses, la visualisation et les interprétations de ces informations sont encore limitées car elles nécessitent des outils et des connaissances spécialisés.


En mai 2018, une formation Système d’Information Géographique a été organisée pour les pays anglophones de la région. Un questionnaire a été soumis aux participants. 75% des participants estiment que la formation aux SIG était la meilleure façon pour l'OMS de soutenir leurs structures avant la mise en œuvre des SIG et la collecte de données SIG (rapport complet à venir). Malheureusement, même si les pays francophones sont confrontés à des problèmes de santé publique divers et graves, ils n’ont pas pu participer à cette session. Au cours de cette session, divers aspects du SIG ont été discutés, notamment le Web, mais pas uniquement la cartographie Web. C'est un aspect complètement nouveau mais important pour presque tous les participants. La cartographie Web est une référence pour le partage d’informations normalisé et rapide. La rencontre de Lomé, qui se tient du 07 au 09 mai 2019 vient à point nommé renforcer les capacités des participants sur cette thématique.
C’est le médecin-colonel Awoussi Sossinou, secrétaire général du  ministère de la santé et de l’hygiène publique  qui a  donné  le ton à  Lomé,  à cette rencontre régionale de formation sur les systèmes d’information géographique pour les pays francophones de la Région Afrique  organisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’atelier  s’inscrit dans le cadre des efforts et appuis apportés par le bureau régional de l’Organisation mondiale  aux pays   notamment ceux de la région d’Afrique francophone  pour   le renforcement  de leur capacité en matière de gestion d’informations sanitaires.  


Malgré la persistance des urgences, beaucoup de  progrès  ont  été réalisés dans les pays  de la région Africaine ces dernières années,  s’est félicité l’Organisation citant l’exemple du Togo, premier pays  de la région africaine  à avoir éliminé la filariose lymphatique.
« En 2018, les pays de la région Africaine  ont connu plus de  8 00 événements de santé publique en termes  d’urgences et d’épidémies que ce soit les maladies infectieuses ou les  menaces sur  la sécurité de la santé publique. C’est aussi  tout ce qui se passe actuellement avec l’épidémie d’Ebola  en  RDC, la survenue des cyclones  et d’autres  fléaux qui menacent sérieusement   la région Africaine de  l’OMS  et qui  nous interpellent et nous rappellent la nécessité de mieux se  préparer à répondre aux urgences  et aux risques. L’OMS va  apporter aux  pays un appui en matière de  renforcement  de la surveillance, de gestion des informations,  de  collecte rapide des données et le  traitement puis  la diffusion.», a déclaré Dr Fatoumatou Binta Tidiane DIALLO, Représentante résidente de l’OMS au Togo.


 Dans son intervention, le SG  s’est félicité de la tenue de ladite réunion à Lomé. Il a rappelé  les efforts  Togo en matière de surveillance  et de collecte  avant d’inviter les participants à tirer meilleure partie   de cette rencontre de Lomé  pour sécuriser davantage les populations sur le continent.
« Au Togo, la surveillance  a permis  la détection et la riposte précoce des épidémies de lassa et de méningite grâce aux efforts conjugués du gouvernement à travers le ministère de la santé et de l’hygiène publique et de ses partenaires en santé au rang desquels l’OMS. Ce résultat est également le fruit d’un dispositif de surveillance révisé à travers le renforcement de capacités des acteurs du niveau opérationnel et surtout communautaire et la mise à disposition des outils de collecte, de traitement et de partage d’informations sanitaires. Tout en se réjouissant de ces efforts, il est à reconnaitre que beaucoup reste à faire pour renforcer davantage les acquis et améliorer ce qui peut l’être, comme c’est le cas pour le système d’information géographique. Je ne doute pas que ce soit le cas dans tous les pays de la région africaine de l’OMS. Le présent atelier de formation répond à cette nécessité de renforcement des capacités du personnel de santé publique sur le système d’information géographique, qui vient à point nommé dans le contexte actuel de renforcement des systèmes de surveillance de nos pays. C’est pourquoi, les profils identifiés pour cette formation porte préférentiellement sur les acteurs en Surveillance épidémiologique que vous êtes ». A déclaré le médecin-colonel AWOUSSI Sossinou, secrétaire général du  ministère de la santé et de l’hygiène publique.


Il est à noter que L’Epidémiologie descriptive se base principalement sur trois variables notamment : le temps, la personne et le lieu. La description selon les deux premières variables à savoir, le temps et la personne c’est-à-dire les caractéristiques individuelles  des cas de maladie se fait généralement de façon relativement aisée par les acteurs en santé publique. Mais la description des événements de santé selon le lieu comporte encore des difficultés, ceci du fait de la technologie qu’elle exige. Pourtant, la caractérisation d’une épidémie ou d’un phénomène de santé selon le lieu est reconnue comme étant un élément indispensable dans la prise de décision pour une riposte efficace. Par conséquent, il s’avère important d’outiller les acteurs en santé publique dans ce domaine particulier de la gestion des données épidémiologiques qu’est le système d’information géographique, qui constitue la base pour la description des cas d’un événement de santé selon sa distribution dans l’espace.

Service de communication du MSHP
 

Top