Aller au contenu principal
Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique

Contractualisation de sept formations sanitaires publiques - Résultats à court terme

Publié le : 12 mai 2019
contract

La réforme de gestion par l’approche contractuelle

La politique de renforcement du secteur de la santé et de la protection sociale, mise en œuvre par le Gouvernement, repose sur trois ordres de mesures : la mise en place d’un système de santé de base robuste et résilient, la construction d’hôpitaux de référence, et l’extension de la couverture maladie.

La mise en place d’un système sanitaire robuste et résilient est une balance à deux bras comportant d’une part l’assainissement de la gestion par l’approche contractuelle, et d’autre part la réhabilitation et la dotation en équipements des formations sanitaires existantes. C’est la composante la plus importante, dont la mise en place conditionne l’effectivité et la survie des deux autres.

La réforme de gestion par l’approche contractuelle a d’abord été implantée dans les hôpitaux d’Atakpamé et de Blitta en juin 2017, avant d’être étendue en 2018 au CHU-SO et au CHU-Kara, aux CHR de Dapaong et de Sokodé, et au CMS de Siou. Elle embrasse ainsi des entités appartenant aux trois niveaux de la pyramide sanitaire. Au CHU-SO, la contractualisation a d’abord concerné les services de laboratoire, de radiologie, de pharmacie et de la morgue, alors qu’elle a été d’emblée implantée à la totalité des six autres formations sanitaires.

 

Bases de la contractualisation :

La contractualisation, régie par une convention entre le ministère de la santé et de l’hygiène publique et une entité non étatique, repose sur les bases suivantes :

  • la formation sanitaire garde son statut public ;
  • l’Etat garde son rôle et ses prérogatives ;
  • l’organigramme de la formation sanitaire reste en place ;
  • la société contractante s’insère dans l’organigramme, apporte un appui à la gestion de la formation sanitaire par la mise en place d’outils permettant une gestion orthodoxe, inclusive et transparente ; elle n’y injecte pas de ressources, et est rémunérée par l’Etat pour ses prestations de gestion ;
  • un comité de trésorerie est mis en place et décide, sur la base des recettes de la formation, des dépenses dictées par les priorités de la formation retenues de façon consensuelle.

 

Sociétés contractantes :

La mise en œuvre technique de la contractualisation est assurée :

  • au CHU-SO par le Centre de Recherche, d’Etudes et de Documentation en Economie de la Santé (CREDES) ;
  • à Blitta et à Atakpamé par l’association  Gestionnaire de Santé en Afrique (GSA) ;
  •  au CHU-Kara et aux CHR de Sokodé et de Dapaong par l’Organisation Internationale de la Gestion Hospitalière (OIGH) ;
  • à Siou par les Sœurs de Notre Dame des Apôtres.

Cadre de la contractualisation :

Les tableaux I, II et III donnent les caractéristiques démographiques et financières ainsi que le taux d’occupation de lits des sept formations sanitaires objet de contractualisation.

 Tableau I : Caractéristiques démographiques des sept formations sanitaires contractualisées

 

 

Nombre total d’agents du centre

Nombre d’agents émargeant sur le budget du centre (%)

Nombre total de médecins du secteur public  exerçant dans la région

 

Nombre de médecins du centre

Nombre de paramédicaux du centre

CHU-SO

1152

533 (46,3%)

335*

148

371

CHU-Kara

370

169 (46,5%)

55

32

116

CHR Sokodé

322

157 (48,8%)

22

12

120

CHR Dapaong

254

107 (42,1%)

19

10

117

CHR

Atakpamé

264

107 (40,5%)

 

8

100

CHP Blitta

76

24 (31,6%)

22

2

38

CMS Siou

13

6 (46,1%)

55

0

10

*il s’agit du nombre de médecins exerçant dans la Région de Lomé commune et dans la Région Maritime.

contract

Tableau II : Taux d’occupation de lits et données financières de sept formations sanitaires contractualisées (le budget prévisionnel ne comporte pas la masse salariale des fonctionnaires, prise en charge par l’Etat)

 

 

Nombre de lits    (taux d’occupation)

Budget prévisionnel  de 2018 (FCFA)

Salaires et primes mensuels des agents relevant du budget du centre

(FCFA)

Dettes des formations sanitaires (FCFA)

CHU-SO

840 (59%)

4.597.990.000

121.000.000

2.421.171.901

CHU-Kara

192 (46,6%)

946.000.000

33.000.000

 347.158.578

CHR Sokodé

230 (30%)

870.000.000

21.350.218

631.642.247

CHR Dapaong

198 (78%)

1.015.336.000

14.375.887  

373.699.769

CHR Atakpamé

205 (58%)

937.920.000

15.581.472

438.345.328

CHP Blitta

33 (42%)

162.161.065

2.100.000

11.857.684

CMS Siou

16

37.888.032

370.000

o

 

Tableau III : Dettes totales des formations sanitaires chez leurs principaux créanciers des formations sanitaires

 

Créanciers

Montant de la dette en FCFA

Caisse Nationale de Sécurité Sociale

1.170.033.065

Compagnie Energie Electrique du Togo

435.802.499

Togolaise des Eaux

241.158.326

Personnel

919.537.737

Fournisseurs

1.072.734.673

 

Résultats de la contractualisation :

Dans les différentes formations sanitaires, la contractualisation s’est traduite par une augmentation significative des actes et des autres prestations.

A Siou, le taux de fréquentation a augmenté de 20%, le taux des consultations externes de 31%, le taux d’hospitalisation de 7%, et le taux d’imagerie de 18%. Les recettes  des prestations ont augmenté de 21%, et celles de la pharmacie  de 64%, entraînant une hausse totale des recettes de 44%. Le nombre global de consultations a été multiplié par deux, de même que celui de la 4ième consultation prénatale. Les recettes ont connu une hausse de 66%, et au 15 novembre 2018, le compte bancaire du CMS est crédité de  9.386.562 FCFA. Les mêmes tendances ont été observées à Dapaong, à Kara, à Sokodé, à Atakpamé, et à Blitta, comme l’attestent les tableaux et les figures ci-dessous.

Tableau IV : Evolution des chiffres d’affaire enregistrés au CMS de Siou durant les 10 premiers mois de mise en œuvre de la contractualisation

 

 

Recettes en 2017 (FCFA)

Recettes  en 2018 (FCFA)

Ecart (en FCFA)

Ecart (%)

Janvier

1 161 855

1 935 921

774 066

67

Février

1 287 715

2 914 427

1 626 712

126

Mars

1 450 425

2 931 912

1 481 487

102

Avril

1 287 690

2 956 420

1 668 730

130

Mai

1 451 350

2 813 574

1 362 224

94

Juin

1 254 475

3 765 749

2 511 274

200

Juillet

2 691 825

4 357 505

1 665 680

62

Août

1 800 390

2 963 355

1 162 965

65

Septembre

2 230 605

1 737 601

-     493 004

-22

Octobre

2 960 240

2 758 785

-     201 455

-7

Total

17.576.570

29.135.249

11.558.679

66%

 

Tableau V : Frais de prestations de la contractualisation et évolution des chiffres d’affaires (recettes et assurances) enregistrés dans les hôpitaux contractualisés (chiffres globaux)

 

Formations sanitaires

Durée de mise en œuvre de la réforme

Total des chiffres d’affaires

 

 

Ecart en FCFA (%)

Frais de gestion payés au contractant    

 

CHR Dapaong

7 mois

442.164.072  FCFA

170.161.532 (63%)

50.991.538 FCFA

CHU-Kara

7 mois

370.216.257 FCFA

151.554.278 (69%)

57.808.441 FCFA

CHR Sokodé

7 mois

372.110.009 FCFA

81.681.484 (28%)

54.090.130 FCFA

CHR Atakpamé

13 mois

694.193.421 FCFA

177.211.328 (34%)

75.493.136 FCFA

CHP Blitta

13 mois

181.267.370 FCFA

32.800.944 (22%)

66.848.840 FCFA

CMS Siou

12 mois

33.031.283 FCFA

12.250.225 (59%)

522.647 FCFA

Total

 

2.092.982.412 FCFA

613.409.566 (42%)

305.754.732 FCFA

 

Tableau VI : Evolution des chiffres d’affaires (recettes et assurances) en francs FCFA au CHU de Kara et aux CHR de Dapaong et de Sokodé en 7 mois de contractualisation

 

 

CHR Dapaong

CHR Sokodé

 

CHU Kara

Total

Pharmacie An-1

127.066.847

166.885.246

97.452.033

391.404.126

Pharmacie An

261.510.318

210.331.932

168.678.433

640.520.683

Ecart

134.443.471

43.446.686

71.226.400

249.116.557

Ecart en pourcentage

106%

26%

73%

64%

Actes An-1

144.935.693

123.543.279

121.209.946

389.688.918

Actes An

180.653.754

161.778.077

201.537.824

543.969.655

Ecart

35.718.061

38.234.798

80.327.878

154.280.737

Ecart en pourcentage

25%

31%

66%

40%

Total An-1

271.002.540

290.428.525

218.661.979

781.093.044

Total An

442.164.072

372.110.009

370.216.257

1.184.490.338

Ecart

170.161.532

81.681.484

151.554.278

403.397.294

Ecart (%)

63%

28%

69%

52%

 

contra

 

Figure 1 : Evolution du chiffre d’affaire en année mobile après 7 mois de contractualisation à Dapaong, Sokodé et Kara

 

Tableau VII : Chiffres d’affaires cumulés (en FCFA) des actes et écarts observés en 7 mois de contractualisation au CHR-Dapaong

 

An-1

An

 

Ecart

Ecart (%)

Consultations

27.341.251

33.803.216

6.461.965

24%

Hospitalisations

19.914.753

25.004.630

5.089.877

26%

Chirurgie

10.418.064

11.496.720

1.078.656

10%

Maternité

7.656.152

6.285.746

-1.370.406

-18%

Laboratoire

52.747.015

67.932.661

15.185.646

29%

Imagerie

20.202.284

24.356.263

5.118.344

77%

Autres services

6.656.174

11.774.518

5.118.344

7%

Total

144.935.693

180.653.754

35.718.061

25%

Tableau VIII : Chiffres d’affaires cumulés (en FCFA) des actes et écarts observés en 7 mois de contractualisation au CHR de Sokodé

 

An-1

An

 

Ecart

Ecart (%)

Consultations

23.479.736

24.275.595

795.859

3%

Hospitalisations

28.727.839

31.318.630

2.590.791

9%

Chirurgie

2.281.341

5.377.473

3.096.132

136%

Maternité

4.171.263

11.814.600

7.643.337

183%

Laboratoire

39.870.171

52.178.662

12.308.491

31%

Imagerie

11.713.447

20.148.156

8.434.709

72%

Autres services

13.299.482

16.664.961

3.365.479

25%

Total

123.543.279

161.778.077

38.234.798

31%

Tableau IX : Chiffres d’affaires  cumulés (en FCFA) des actes  et écarts observés en 7 mois de contractualisation au CHU-Kara

 

An-1

An

Ecart

Ecart (%)

 

Consultations

25.475.340

36.334.931

10.859.591

43%

Hospitalisations

16.778.342

36.232.341

19.453.999

116%

Chirurgie

6.069.353

8.238.716

2.169.363

36%

Maternité

6.485.839

7.262.896

777.057

12%

Laboratoire

38.968.155

52.286.337

16.318.182

42%

Imagerie

21.723.067

33.994.889

12.271.822

56%

Autres services

5.709.850

24.187.714

18.477.864

324%

Total

121.209.946

201.537.824

80.327.878

66%

 

Tableau X : Chiffres d’affaires en FCFA en 13 mois de contractualisation au CHR d’Atakpamé et au CHP de Blitta

 

CHR Atakpamé

CHP Blitta

Total

 

Pharmacie An-1

265.036.824

113.158.612

378.195.436

Pharmacie An

401.913.018

141.042.484

542.955.502

Ecart

136.876.194

27.883.872

164.760.066

%

52%

25%

44%

Actes An-1

251.945.269

35.307.814

287.253.083

Actes An

292.280.403

40.224.886

332.505.289

Ecart

40.335.134

4.917.072

45.252.206

%

16%

14%

16%

Total An-1

516.982.093

148.466.426

665.448.519

Total An

694.193.421

181.267.370

875.460.791

Ecart

177.211.328

32.800.944

210.012.272

Ecart en pourcentage

34%

22%

32%

 

contract

 Figure 2 : Evolution du chiffre d’affaire en année mobile après 13 mois de contractualisation à Atakpamé et à Blitta

Au CHU-SO, la contractualisation a permis dans un premier temps un grand ménage suivi d’un rangement à la pharmacie, avant l’informatisation de celle-ci et des laboratoires, l’élaboration de la liste de médicaments par les chefs de service, avec pour effet la raréfaction des ruptures de stocks, la réduction des fraudes, et l’augmentation des recettes.

Tableau XI : Chiffres d’affaires en FCFA des services contractualisés du CHU-SO de Lomé

Année 2018

LABORATOIRES

RADIOLOGIE

PHARMACIE

TOTAL

 

Microbiologie

Biochimie

Anatomie pathologique

 

Janvier

9 361 400

6 402 200

626 500

12 153 300

34 347 590

62 890 990

 

Février

7 211 000

4 298 900

542 500

9 311 410

26 015 069

47 378 879

 

Mars

3 533 700

2 162 100

196 000

5 517 350

23 568 461

34 977 611

 

Avril

3 200 400

1 440 000

217 000

5 581 100

27 079 977

37 518 477

 

Mai

8 858 100

7 105 900

455 000

11 454 940

36 042 363

63 916 303

 

Juin

10 833 600

8 554 100

521 500

6 443 000

42 343 390

68 695 590

 

Juillet

11 026 000

9 208 500

487 900

12 061 100

28 465 709

61 249 209

 

Aout

10 094 385

10 990 200

692 000

12 820 040

24 117 102

58 713 727

 

Septembre

10 225 900

9 867 800

680 000

12 478 700

37 689 630

70 942 030

 

Octobre

12 391 800

12 909 100

700 000

12 066 600

48 641 386

86 708 886

 

Novembre

13 976 900

14 311 600

720 000

11869400

44 967 586

85 845 486

 

Décembre

11 323 400

9 795 700

520 000

11 605 910

49 862 920

83 107 930

 

TOTAL

112 036 585

97 046 100

6 358 400

123 362 850

423 141 183

761 945 118

 
 

         

L’augmentation des recettes associée à la maîtrise et à la pertinence des dépenses a permis aux formations de commencer par faire face à leurs dettes, notamment vis-à-vis du personnel, de la pharmacie et de la Caisse National de Sécurité Sociale.

Tableau XII : Arriérés et dettes réglés grâce à l’augmentation des chiffres d’affaires des centres contractualisés

 

Centres  

Nature des dépenses

Montant

 

CHU Sokodé

Primes de gardes

19.200.000 FCFA

 

CNSS

12.640.000 FCFA

 

Pharmacie et laboratoire

26.000.000 FCFA

 

 

 

CHR d’Atakpamé

Arriérés des charges de personnel

31.982.010 FCFA

 

Dette de la pharmacie

62.788.292 FCFA

 

Remboursement du crédit de la BTCI

56.000.000 FCFA

 

Achat de matériels médicaux de laboratoire

21.869.237 FCFA

 

Matériel informatique et mobiliers de bureau

25.279.382 FCFA

 

Matériel électrique (batterie de condensateur)

5.005.464 FCFA

 

Travaux de réhabilitation

26.143.059 FCFA

 

 

 

CHR de Dapaong

Dette de la pharmacie

99.494.878 FCFA

 

Arriérés d’avancement du personnel

8.000.000 FCFA

 

Réhabilitation de bâtiments et réparation d’appareils

36.741.377 FCFA

 

 

 

CHU de Kara

Dettes sociales

24.000.000 FCFA

 

Dettes pharmacie

10.000.000 FCFA

 

Construction de 4 cabines

19.000.000 FCFA

 

Réhabilitation des blocs opératoires de traumatologie et de neurochirurgie

8.000.000 FCFA

 

Equipements biomédicaux

50.000.000 FCFA

 

 

 

CHP de Blitta

Achat de matériel de base de fonctionnement et réhabilitations (plomberie, électricité, peinture, menuiserie, maçonnerie)

12.655.020 FCFA

 

Outre ces données, la contractualisation des formations sanitaires s’est soldée par :

  • la disponibilité en médicaments dans les centres contractualisés, supérieure à 95% à Dapaong, Kara, Sokodé, Atakpamé et Blitta ;
  • un diagnostic pertinent des besoins ;
  • la salubrité des centres ;
  • la motivation et la valorisation des agents désormais impliqués dans la gestion à travers le comité de trésorerie ;
  • le renforcement de l’appui des partenaires, avec :
    • la réhabilitation de la réanimation et du bloc opératoire du CHR d’Atakpamé par l’Etat d’Israël d’un montant de 167 millions de francs CFA ;
    • l’équipement en appareil de radiographie du CHU-Kara par l’OOAS d’un montant 170 millions de FCFA ;
    • l’appui de la Banque Mondiale en vue de la dotation en équipements et de l’extension de la contractualisation au CHU-Campus, au CHR Lomé commune, à l’Hôpital de Bè, et aux CHP de Kpalimé et de Notsé, au cours de l’année 2019.

 

Enseignements tirés :

De ce bilan, il ressort les enseignements suivants :

  • la clé de la mise en œuvre de la réforme et des résultats y afférents réside avant tout dans l’engagement et la forte implication des plus hautes autorités de notre pays auxquelles nous adressons nos vifs remerciements et exprimons notre profonde gratitude ;
  • une bonne gestion peut assurer le bon fonctionnement de nos hôpitaux par le biais notamment d’une fourniture en équipements et en intrants basiques, et le paiement régulier des primes et ristournes du personnel ; les deux bras de la balance visant à asseoir un système de santé robuste et résilient vont ainsi de pair ;
  • la bonne gestion contribuerait à fournir des éléments de réponse à de récurrentes revendications syndicales ;
  • il est possible d’imprimer une autre orientation aux  actions de nos partenaires, basée sur nos besoins propres.

 

Prochaines étapes :

Les prochaines étapes vont consister en :

  • la communication des résultats enregistrés (médias, représentation nationale, partenaires techniques et financiers, corps diplomatique, société civile, syndicats, différents ordres du secteur de la santé) ;
  • l’extension de la contractualisation à tout le CHU-SO et à d’autres formations sanitaires ;
  • l’équipement des centres contractualisés en imagerie et en laboratoire : dotation des CHU et des CHR en scanners selon une procédure d’achat groupé prenant d’emblée en compte la maintenance, l’entretien et les réparations ;
  • la détermination d'une motivation des agents à travers un bonus proportionnel à la productivité ;
  • une revue externe en vue d’une évaluation permettant des ajustements.

Lomé, le 07 février 2019

Le ministre de la santé

et de l’hygiène publique

 

Professeur Moustafa MIJIYAWA

 

 

Top