Les ministres africains de la santé font le bilan de la lutte contre la COVID-19

Les ministres africains de la santé font le bilan de la lutte contre la COVID-19

UA

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le ministre de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins,  a pris part ce jour du samedi 08 mai 2021, à la réunion virtuelle des ministres africains de la santé. Il s’agit de faire le bilan de la lutte contre la COVID-19. Il s’agit également de discuter du rôle du digital dans la lutte contre cette pandémie.  La réunion de ce jour est présidée par le ministre togolais en charge de la santé, président du conseil d’administration du CDC Afrique, professeur Moustafa MIJIYAWA.  Il faut rappeler que la cérémonie d’ouverture a été présidée par SEM Félix TSISEKEDI, Président de la République Démocratique du Congo,  RDC, hôte de la réunion.
L’objectif principal de cette réunion de haut niveau est de faire le point sur la mise en oeuvre de la Stratégie Continentale Commune contre la COVID-19 en Afrique et d’examiner la Stratégie numérique commune émergente des CDC Afrique pour le continent, connue sous le nom de Trusted Health.
Cette réunion a été une occasion pour le ministre togolais de la santé, le professeur Moustafa MIJIYAWA, de partager également l’expérience du Togo en matière de la lutte contre la pandémie au COVID-19.  Il a rappelé les grands défis en cours et futurs.
« Après l’enregistrement du premier cas, notre continent paraissait relativement épargné, jusqu’au démenti porté par la seconde vague puis surtout par l’apparition de nouveaux variants, réputés plus virulents et plus disséminant, et compliquant par conséquent toute la stratégie de riposte, avec notamment un taux de létalité plus élevé que celui initialement observé. 
Dans nos différents pays, trois ordres de mesures ont caractérisé la riposte : des mesures institutionnelles et juridiques, le renforcement du système de santé, et des dispositions visant à alléger l’impact socio-économique de la pandémie sur la population.

L’Organisation Mondiale de la Santé, l’Union Africaine, le CDC Afrique, grâce au leadership de nos chefs d’État, ont joué un rôle déterminant dans la mise en œuvre de notre stratégie. Qu’ils en soient vivement remerciés. L’Union Africaine a très tôt pris à bras le corps le problème inhérent à cette crise sanitaire et sa plateforme facilitant l’acquisition par nos pays de matériels médicaux et de médicaments, résultat d’une initiative du Président sud-africain, en est une parfaite illustration. Il en est également ainsi de la présence à cette réunion de deux prestigieux fils de notre continent, les présidents congolais et sud-africain, dont nous saluons la sollicitude. 
L’OMS, a, à tous les niveaux, apporté son appui technique à nos différents pays, en agissant de concert avec le CDC Afrique, selon une approche rendue complexe par les différentes inconnues qui caractérisent toute maladie nouvelle. Nous saluons son DG, dont la sérénité et la lucidité n’ont pas été érodé par la complexité de la tâche. L’UA, à travers la présidence de sa commission, s’est illustrée dans toutes les phases de la riposte, selon une démarche efficace parce que proactive. L’apport et la bienveillance de tous ont été d’un précieux secours à l’accomplissement de la mission du DG du CDC Afrique dont l’éloquence des résultats a conduit à sa reconduction ». A indiqué le professeur Moustafa MIJIYAWA, Ministre togolais en charge de la santé.

Pour le défi majeur actuellement reste celui de la vaccination contre cette pandémie. La rencontre de ce jour devra donc permettre de définir de nouvelles stratégies de lutte pour mettre fin à la lutte qui continue de faire des dégâts dans plusieurs domaines.
« Depuis quelques semaines, la lutte contre la pandémie a ouvert un autre volet, celui de la vaccination, à travers trois initiatives : l’initiative COVAX avec les partenaires occidentaux, l’OMS et Gavi, l’initiative Virat arrimée à la plateforme de l’UA, et des initiatives menées à l’échelle bilatérale, avec pour finalité la couverture vaccinale de 60% de nos populations.  
Notre rencontre de ce jour nous permettra non seulement d’examiner la situation actuelle de la vaccination sur notre continent, après avoir dressé un état des lieux et un bilan sans complaisance de nos actions en lien avec notre stratégie, mais aussi d’examiner l’impact de la COVID-19 sur notre système de santé. J’ai la ferme conviction que l’engagement de tous, sous le leadership de nos chefs d’État, galvanisera le rôle du CDC Afrique dans cette lutte pour le plus grand bien de nos populations ». A-t-il précisé. 

Lors de cette réunion de haut niveau, l’Initiative Trusted Travel (www.africacdc.org/trusted-travel) lancée dans le cadre de la Campagne ‘’Sauver des vies, sauver les moyens de subsistance et les économies’’ sera examinée et son évolution vers le cadre «Trusted Health» sera discutée. Trusted Travel a maintenant été adoptée par des centaines de laboratoires à travers l’Afrique, par plusieurs pays et compagnies aériennes, et contribue ainsi à endiguer la circulation de faux résultats de tests et de faux certificats qui peuvent saper les contrôles mis en place contre la propagation de la pandémie. Le programme élargi Trusted Health offre une voie vers une stratégie continentale commune en matière de santé en ligne, avec des avantages immédiats tels qu’une «clé» numérique régionale pour les vaccins (par opposition au concept de «passeport pour les vaccins»  mis en avant dans d’autres régions), connue sous le nom de Trusted Vaccines (www.africacdc.
org/trusted-vaccines), et une plateforme de surveillance uniforme pour les problèmes de santé d’importance régionale tels que la fraude médicale, la résistance aux antibiotiques, l’inégalité des vaccins, le manque de données exploitables et la faiblesse des modèles analytiques pour les systèmes d’aide à la décision.
 

Service de communication du MSHPAUS