Lutte contre les méningites à Méningocoque

Lutte contre les méningites à Méningocoque

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Le Togo organise une campagne de vaccination de rattrapage

Le Togo a lancé le jeudi 29 juillet 2021 une campagne de vaccination de rattrapage contre la méningite avec les vaccins MenAfriVac et le MenACW135, couplée de l’administration de la vitamine A et de déparasitage à l’Albendazole dans les régions des Savanes, de la Kara, Centrale et des Plateaux. Cette campagne va se dérouler du 29 juillet au 04 août 2021 et va concerner les personnes âgées de 1 à 29 ans dans les régions des Savanes et de la Kara et les enfants âgés de 1 à 8 ans pour les régions Centrale et des Plateaux.

Les maladies évitables par les vaccinations demeurent un problème majeur de santé publique dans plusieurs pays en développement dont le Togo. En effet, le Togo a enregistré des épidémies de méningite à Méningocoque A (NmA). Afin de prévenir ces épidémies, le pays a organisé en novembre 2014, une campagne de vaccination préventive avec le vaccin conjugué MenAfriVac TMTM ciblant les personnes âgées de 1 à 29 ans dans quatre régions (Plateaux, Centrale, Kara, Savanes) sur les six régions que compte le pays. Cette campagne a permis une quasi-disparition des cas de méningite NmA depuis 2015.

Ainsi pour maintenir ces acquis et garantir une immunité communautaire à long terme, le Togo, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, envisage d’introduire le vaccin MenAfriVac TMTM dans sa vaccination de routine dans les mois à venir.

C’est le docteur WOTOBE Kokou secrétaire général du ministère de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins qui a procédé au lancement de ladite campagne à Kétao, dans le district de la Binah au nord du Togo.

« L’objectif de cette campagne est de faire vacciner au moins 95 % des enfants de 1 à 29 ans et de supplémenter et déparasiter 95 % des enfants de 6 à 59 mois. Elle bénéficie de l’appui de GAVI Alliance, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF). La  campagne de vaccination de rattrapage contre la méningite est organisée en prélude à l’introduction du vaccin MenAfriVac dans la vaccination de routine et  sera mise à profit pour supplémenter et déparasiter les enfants de 6 mois à 59 mois ». A déclaré le docteur WOTOBE Kokou, secrétaire général du ministère de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins.

Il y aura également une récupération des enfants de 0 à 23 mois et les femmes enceintes insuffisamment ou non vaccinés au profit de la vaccination de routine. La supplémentation en Vitamine A et le déparasitage à l’albendazole visent un développement harmonieux des enfants à travers la lutte contre la cécité,  la malnutrition et l’anémie.

Les partenaires du Système des Nations Unies au Togo notamment l’Alliance GAVI, l’OMS, l’UNICEF et d’autres partenaires se sont résolument engagés aux côtés du Gouvernement Togolais pour organiser cette campagne, qui est une des étapes essentielles vers la réduction de la mortalité infanto juvénile.

Les enfants non vaccinés sont les plus exposés au risque de méningite  et de complications éventuellement mortelles. Les femmes enceintes qui ne sont pas vaccinées courent également un risque. Toutes les personnes qui ne sont pas immunisées (qui n’ont jamais été vaccinées ou qui n’ont jamais contracté la maladie) sont susceptibles d’être infectées. La vaccination étant la seule prévention efficace contre la méningite, j’invite les parents, les gardiens d’enfants et les tuteurs à se mobiliser pour faire vacciner ou se faire.

Pour rappel, chaque année, les épidémies de méningite bactérienne sévissent dans une vaste région d’Afrique subsaharienne, la «ceinture de la méningite». Cette zone comprend 22 pays allant du Sénégal à l’Ouest à l’Éthiopie à l’Est et abrite  500 millions d’habitants. La charge de morbidité y est très élevée du fait de la méningococcie hyper endémique et d’épidémies aigues, récurrentes et étendues associées à une incidence annuelle pouvant atteindre 1000 cas pour 100 000 habitants. Durant la période 1993-2012, près de 1 million de cas de méningite présumés (947 000 exactement) ont été notifiés dont 100 000 décès avec plus de 80% des épidémies causées par le sérogroupe A de Neisseria meningitidis (N.m. A).

Le Togo, à l’instar des autres pays de la ceinture africaine de la méningite, est confronté chaque année à de nombreux cas et de décès dus à cette affection avec la survenue des épidémies tous les 03 à 06 ans. La plus grande épidémie de méningite cérébro-spinale au Togo a été enregistrée en 1997 dans le district de Tône dans la région des Savanes avec 3 387 cas dont 515 décès. De 2007 à 2012, 2 809 cas ont été enregistrés dans l’ensemble du pays. Les régions  Savanes, Kara, Centrale et Plateaux ont enregistré 91% de  ces cas. D’autres flambées de moindre ampleur ont été enregistrées en 2001, 2002 et 2007.

L’espace inter épidémique étant de 3 à 6 ans, le Togo s’attend à une épidémie de grande ampleur dans les prochaines années si rien n’est fait.

L’introduction du nouveau vaccin dénommé «MenAfriVacTM» (vaccin antiméningococcique A conjugué lyophilisé), mis au point par le Projet Vaccins Méningite (MVP) – qui est un partenariat entre l’OMS, PATH et le Sérum Institute of India Ltd- permettra l’élimination des épidémies de Méningite à Méningocoque A en tant que problème de santé publique en Afrique sub-saharienne en général et plus particulièrement au Togo.

Le Bureau Régional de l’OMS pour l’Afrique, en partenariat avec d’autres organisations, a recommandé aux Etats membres touchés par le fléau de la méningite, de vacciner les populations cibles de 1 à  29 ans avec le vaccin MenAfriVacTM.

C’est dans ce  cadre que s’inscrit l’initiative du Ministère de la Santé du Togo d’introduire le vaccin « MenAfriVac TM»  dans le programme national de vaccination. La 1ère étape consistera en une campagne de vaccination des personnes âgées de 1 à 29 ans contre la Méningite à Méningocoque A. A la suite de cette campagne, l’introduction de ce vaccin dans la routine sera effective.

Service de Communication du MSHPAUS