Journée de l’Arbre au Togo

Journée de l’Arbre au Togo

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le 1er juin de chaque année est célébrée la journée de l’arbre au Togo. Une initiative des plus hautes autorités qui vise à réhabiliter le couvert végétal en perdition. Répondant à l’appel du Gouvernement, les autorités sanitaires ont accompli leur devoir citoyen. Pr Moutafa MIJIYAWA et Dr Mamessilé Aklah AGBA-ASSIH, respectivement Ministre de la Santé, de l’Hygiène Publique et de l’Accès Universel aux Soins et Ministre déléguée en charge de l’Accès Universel aux Soins ont mis des plants en terre ce jour du 1er juin 2021 sur les sites des CMS Agoè-Elavagnon et Légbassito, lançant ainsi le reboisement des aires sanitaires au Togo. 

arbre

Les proches collaborateurs des autorités sanitaires, à savoir, DC SG, DG, Directeur Centraux et autres ont également accompli leur devoir citoyen ce matin aux côtés des ministres. Un exemple à suivre par tous les acteurs de la pyramide sanitaire.

arbre

Pour le Gouvernement, la situation forestière est alarmante et il faut agir. Le contexte national forestier est actuellement marqué par un accroissement du phénomène de déforestation induisant des effets accrus de changements climatiques. On note un taux moyen annuel de déforestation et de reboisement respectivement de 0,42% et 0,14%, sur la période de 1990 à 2015. Ceci représente une diminution de la surface forestière d’environ 5679 ha par an, contre un reboisement en moyenne de 2000 ha par an. La perte annuelle ainsi enregistrée s’élève à 3679 hectares, pour 5 518 500 arbres. 
Le Gouvernement avait anticipé sur cette situation en instaurant la journée de l’arbre depuis le 1er juin 1977. Après des débuts qui ont aboutis à des résultats probants, cela s’est vite réduit à des actions symboliques de lancement par les officiels sans suite adéquate. Dans le même temps, la tendance à la déforestation et à la dégradation des forêts s’est poursuivie en s’accélérant.

arbre

« A cette allure, si aucune mesure n’est prise, d’ici 10 ans toutes les forêts risquent de disparaitre C’est en ce sens que le Gouvernement au travers du Ministère de l’environnement et des ressources forestières s’est donné comme objectif de planter 100 millions d’arbres chaque année, et d’ici 2030, si ce cap est maintenu, nous atteindrons potentiellement 1 milliard d’arbres plantés. La cible est d’atteindre au moins un taux de couverture forestière de 25% en 2025 ». Rappelle le Gouvernement à l’occasion de la célébration de cette journée.

Cette année, le Gouvernement change de paradigme. La journée de l’arbre, c’est tous les jours. On plante ; on entretient ; on fait grandi. Une innovation majeure apportée pour cette campagne 2021, est que, ce n’est plus une seule journée qui sera dédiée à l’arbre. La campagne se déroulera en deux étapes complémentaires et mobilisera 10.000.000 plants. 
La première étape est le lancement officiel le 01er juin avec la mise en terre de 300.000 plants et la deuxième consistera en la poursuite des opérations du 02 juin à la fin de la saison des pluies, soit jusqu’en septembre. 

Pour le lancement officiel du 1er juin, 300 000 plants seront mis à disposition et concerneront tous ceux qui voudront participer : officiels mais aussi tous les togolais dans nos communes et villages (organisations de la société civile, groupements de femmes, des jeunes et autres). 
Chaque mairie aura à sa disposition 1000 plants. Au niveau local on aura donc 117.000 plants ! Il faut donc se rapprocher des mairies pour pouvoir participer dignement à cet effort collectif. 

La poursuite des opérations du 2 juin concernera toute la population et le reste des plants sera progressivement mis à disposition par les pouvoirs publics et majoritairement par le secteur privé. 

Une des novations également apportée en cette année est la mobilisation de toute la population dans cette campagne.  Le Gouvernement, conscient du fait que l’atteinte des objectifs ne serait possible que dans un élan de mobilisation citoyenne, fait appel à un engagement déterminé des personnalités politiques, militaires et civiles. Notamment, la population à la base, les membres du gouvernement, les élus locaux, les préfets, les députés, les chefs traditionnels, les forces de défense et de sécurité ainsi que les organisations de la société civile, sont tous mobilisés. Compte tenu de la décentralisation, l’Etat s’appuie cette année sur les collectivités locales qui identifieront les lieux où les plantations se feront. Au moment venu, chacun pourra se rapprocher de sa mairie d’appartenance. 
Ces innovations permettront non seulement d’améliorer le couvert végétal national, mais aussi de développer toute une économie autour.  Tout d’abord, des emplois seront créés pour les pépiniéristes, les agents d’entretien des plants, les gardiens des plantations. Ensuite, cela permettra aussi de disposer de la matière première pour les industries transformatrices du bois (celles déjà en place et celle en voie d’installation sur la Plateforme Industrielle d’Adétikopé dont l’inauguration est pour bientôt). Ainsi, le Gouvernement a déjà pris le devant en interdisant l’exportation du bois afin de permettre de soutenir l’économie nationale.
 

Service de communication du MSHPAUS