Le Togo a célébré la Journée Mondiale sans Tabac

Le Togo a célébré la Journée Mondiale sans Tabac

journée mondiale sans tabac

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La Journée Mondiale sans tabac est célébrée le 31 mai de chaque année. Elle a été marquée au Togo par une conférence de presse au cours de laquelle le thème de cette année à savoir « S’engager à Arrêter »a été développé et expliqué à la population à travers les canaux médiatiques. Cette rencontre qui a eu pour cadre la salle de conférence du ministère de la santé a été présidée par madame Eugénie Midamégbé AKAKPO, directrice de cabinet représentant le ministre de tutelle. Cette célébration s’est faite en présence des représentants de l’OMS au Togo et du Secrétaire Exécutif de l’Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique, ATCA qui joue un rôle incontournable dans la lutte contre le tabagisme en Afrique et au Togo. 

tabac

En effet Le tabac est la première cause de mortalité prématurée et évitable dans le monde. L’épidémie du tabac tue environ 8 millions de personnes chaque année dans le monde selon l’OMS et plus de 1,2 millions d’entre elles sont des non-fumeurs, involontairement exposés à la fumée du tabac. Le tabac est l’une des plus graves menaces à la santé publique. 
La Journée Mondiale Sans Tabac a pour objectif non seulement de mobiliser les partenaires à sensibiliser sur les dangers de ces produits dépendogènes et mortels, mais aussi pour mettre en nul les efforts de l’industrie du tabac pour étaler ces produits sur le marché.
Le thème central retenu pour cette édition de 2021 est « S’engager à arrêter », une campagne qui vise à soutenir dans le monde entier des millions de personnes qui tentent de renoncer au tabac.
Au Togo, ce thème a été associé à la lutte contre la Covid-19. En effet, La Journée Mondiale Sans Tabac 2021 se célèbre dans un contexte particulier miné par la pandémie de la Covid-19 qui a bouleversé notre monde, car le tabagisme ‎altère la fonction pulmonaire et les ‎fumeurs sont davantage exposés au risque de ‎développer une maladie grave due à la COVID-‎‎19 et d’en mourir.‎ 
Selon l’OMS, la pandémie de la COVID-19 a poussé des millions de consommateurs de tabac à vouloir arrêter. Plusieurs fumeurs infectés par le Coronavirus 2019 ont développé des formes sévères de la maladie. Mais dire adieu au tabac est difficile, surtout avec le stress social et économique supplémentaire causé par la pandémie.
« La consommation de tout type de tabac réduit ‎la capacité pulmonaire et augmente le risque ‎de contracter de nombreuses infections ‎respiratoires et peut accroître la gravité des ‎maladies respiratoires. La COVID-19 est une ‎maladie infectieuse qui s’attaque ‎principalement aux poumons. Le tabagisme ‎altère la fonction pulmonaire et de ce fait, ‎l’organisme a plus de mal à lutter contre les ‎coronavirus ou d’autres maladies respiratoires. ‎Selon les travaux de recherche disponibles, les ‎fumeurs sont davantage exposés au risque de ‎développer une maladie grave due à la COVID-‎‎19 et d’en mourir ». A Souligné Dr AHO Komivi,‎ Coordonnateur du Programme National des Addictions aux Produits Psychoactifs (PNAPP),

« Le Gouvernement togolais conscient de ces enjeux aussi déterminant pour notre pays et notre planète, s’est résolument engagé dans la lutte contre ce fléau à travers plusieurs actions, notamment : la ratification de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac le 15 novembre 2005, le vote et la promulgation de la loi n° 2010-017 du 31 décembre 2010 relative à la production, la commercialisation et  la consommation des cigarettes et autres produits du tabac et la publication de ses décrets et arrêtés d’application ; la ratification le 30 janvier 2018 du Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac afin de combattre et de réduire les conséquences financières, juridiques et sanitaires de ce dernier.
Au-delà des mesures prises par le gouvernement pour renforcer la lutte antitabac au Togo, le Ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de l’Accès universel aux Soins vient de mettre en place un programme national des addictions aux produits psychoactifs (PNAPP) qui contribue à l’amélioration de l’accès aux soins aux personnes ayant des problèmes avec la consommation de substances psychoactives dont le Tabac ». A déclaré madame Eugénie Midamégbé AKAKPO, directrice de cabinet au cours de la conférence de presse.

tabac

Plus de 80 % des 1,3 milliards de fumeurs dans le monde vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, là où la charge de morbidité et de mortalité liées au tabac est la plus lourde. Le tabagisme contribue à la pauvreté, car les ménages dépensent en tabac des sommes qu’ils auraient pu consacrer à des besoins essentiels tels que l’alimentation et le logement. Les coûts économiques du tabagisme sont considérables : il s’agit à la fois des coûts substantiels qu’entraîne le traitement des maladies causées par le tabagisme et du capital humain perdu à cause de la morbidité et de la mortalité imputables au tabac.