Le Togo valide son plan de pérennisation des acquis de la lutte contre les maladies tropicales négligées à chimiothérapie préventive

Le Togo valide son plan de pérennisation des acquis de la lutte contre les maladies tropicales négligées à chimiothérapie préventive

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
En effet, le Togo a réalisé des progrès significatifs au cours de la dernière décennie dans la lutte contre les Maladies Tropicales Négligées (MTN)

Le ministère chargé de la santé et ses partenaires a procédé ce jour 11 novembre 2021 à la validation politique de son plan de pérennisation des acquis de la lutte contre les maladies tropicales négligées a chimiothérapie préventiveEn effet, le Togo a réalisé des progrès significatifs au cours de la dernière décennie dans la lutte contre les Maladies Tropicales Négligées (MTN), y compris la baisse de la charge des cinq maladies sensibles à la chimio-prévention : la filariose lymphatique, le trachome, l’onchocercose, la schistosomiase et les géo-helminthiases.

En vue de valoriser les avancées dans cette lutte contre les Maladies Tropicales Négligées, il a été élaboré un plan de durabilité et de pérennisation des acquis. Il s’agit d’obtenir l’endossement et l’appropriation du plan de pérennisation des acquis de la lutte contre les MTN par les autorités et les acteurs au plus haut niveau de l’état à travers sa validation politique avec comme objectif de positionner la lutte contre les Maladies Tropicales Négligées comme un pan important pour l’atteinte des objectifs de Développement durable.

La rencontre de ce jour a été présidée par Madame Eugenie AKAKPO, Directrice de Cabinet du ministre chargé de la Santé en présence des différents partenaires impliqués dans la lutte contre les maladies tropicales négligées au premier rang desquels l’USAID représenté par Justin TINE.

Au Togo, les Maladies Tropicales Négligées (MTN) demeurent jusqu’à présent un important problème de santé publique. Elles constituent ainsi l’un des obstacles majeurs à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD). Ces maladies ont une évolution pernicieuse et atteignent les populations les plus vulnérables, entrainant des souffrances chroniques, des incapacités graves, et mettant en jeu le pronostic vital.

Ainsi, le Ministère chargé de la santé, à travers le Programme National des Maladies Tropicales Négligées, a mis en œuvre plusieurs interventions ayant conduit à l’éradication de la dracunculose, l’élimination de la Filariose Lymphatique et de la Trypanosomiase Humaine Africaine comme problème de santé publique et actuellement dans le processus de soumission du dossier d’élimination du Trachome à l’OMS pour son élimination comme problème de santé publique et la réduction significative de la prévalence des différentes maladies, notamment les Schistosomiases, les Geohelminthiases et l’Onchocercose.

Selon madame Eugénie AKAKPO, Directrice de cabinet du ministre chargé de la santé, ces résultats encourageants ont été obtenus grâce aux efforts concertés entre le Gouvernement du Togo, les partenaires au développement et les firmes pharmaceutiques de donation de médicaments dont l’appui au programme a été et continue de constituer un facteur important et déterminant du succès des stratégies de lutte.

« Ce plan de pérennisation des acquis vient au moment opportun pour solidifier ces résultats et maintenir les gains pour l’élimination et le contrôle des Maladies Tropicales Négligées, un plan qui servira comme feuille de route pour l’intégration, le plaidoyer et la prestation de services à long terme. L’événement qui nous réunit aujourd’hui, témoigne de la volonté politique de l’Etat Togolais qui confirme son engagement à lutter efficacement contre les Maladies Tropicales Négligées.  Cet engagement politique s’est déjà manifesté à travers l’élaboration d’un plan directeur de la lutte contre les Maladies Tropicales Négligées et la création d’une ligne budgétaire dédiée à la lutte contre ces maladies avec un effort financier croissant de l’Etat associés à l’engagement des différentes parties prenantes, une forte participation communautaire constituant ainsi un atout considérable pour maintenir les acquis de la lutte, ceci afin d’améliorer l’état de santé de nos populations ». A indiqué madame Eugénie AKAKPO, Directrice de cabinet du ministre chargé de la santé.

Selon Justin TINE, les programmes nationaux de lutte contre les Maladies Tropicales Négligées (MTN) ont fait des progrès significatifs au cours de la dernière décennie, y compris la baisse de la charge des cinq Maladies Tropicales Négligées sensibles à la chimio-prévention : la filariose lymphatique, le trachome, l’onchocercose, la schistosomiase et les géo-helminthiases.

« Avec un appui technique et financier de partenaires et des firmes pharmaceutiques, et une contribution conséquente des acteurs communautaires et des agents de santé, de nombreux pays touchés ont réduit considérablement leur prévalence de Maladies Tropicales Négligées et se dirigent vers le contrôle ou l’élimination. Ces acquis et changements qui en résultent créent à la fois des défis et des possibilités pour chaque pays de renforcer sa réponse face aux Maladies Tropicales Négligées ». A souligné le représentant de l’USAID à la rencontre.

 Une motion de félicitation a été lue et remise aux autorités sanitaires togolaises par l’USAID en reconnaissance des efforts déterminants consentis par le Togo dans la lutte contre les Maladies Tropicales Négligées.

Le Togo à l’instar de plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest, adhère à la feuille de route 2030 de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et s’inscrit dans l’objectif d’élimination en ce qui concerne la Filariose Lymphatique, le Trachome et l’Onchocercose, et de contrôle pour la Schistosomiase et les Géo-helminthiases. L’OMS a validé l’élimination de la Filariose Lymphatique (FL) en tant que problème de santé publique au Togo en 2017, faisant du Togo le premier pays d’Afrique à atteindre l’élimination de la FL en tant que problème de santé publique. Aussi le Togo a-t-il officiellement soumis son dossier documentant l’élimination du trachome en tant que problème de santé publique à l’OMS en juin 2018.

Avec l’appui de ses partenaires au développement et dans l’optique d’anticiper la raréfaction des ressources extérieures qui constituent la quasi-totalité de l’appui aux interventions de lutte contre les Maladies Tropicales Négligées le Programme National des Maladies Tropicales Négligées (PNMTN) s’est engagé depuis 2019 avec les autres programmes du ministère de la santé et les différents secteurs connexes dans un processus de pérennisation de ses acquis.

Service de Communication du MSHPAUS