Lomé a abrité la 3ème Réunion Régionale Annuelle de la Communauté des Pratiques PFPP, SMNI et Nutrition

Lomé a abrité la 3ème Réunion Régionale Annuelle de la Communauté des Pratiques PFPP, SMNI et Nutrition

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
09 pays partagent les bonnes pratiques en santé maternelle et infantile

La capitale togolaise Lomé a été honorée d’accueillir les 18 et 19 mai 2022, la 3ème réunion régionale annuelle de la Communauté de Pratique sur l’intégration de la planification familiale au post partum, aux soins maternelle néonatale et infantile et à la nutrition. Les différentes parties prenantes sont ainsi à Lomé en appui aux États membres pour relever le défi de la planification familiale post partum. Les travaux ont été ouverts par Mme Midamégbé AKAKPO, Directrice de cabinet, Représentant le Ministre de la Santé, de l’Hygiène Publique et l’Accès Universel aux Soins.

Des experts en planification familiale, en santé sexuelle et de la reproduction de neuf pays d’Afrique de l’ouest  francophone participent depuis mercredi 18 mai 2022 à Lomé, à la troisième réunion régionale annuelle de la Communauté de Pratique pour la planification familiale du post-partum FPP intégrée à la SRMNI et nutrition. Le ton a été donné par  la directrice de cabinet du ministre chargé de la santé, Midamégbé Akakpo.

Placée sous le thème, « Faire avancer l’intégration de la Planification familiale du post partum, la santé maternelle, néonatale, infantile (SMNI) et la Nutrition pour relever le défi de la couverture sanitaire pour la femme et l’enfant dans le contexte de crises sécuritaire et sanitaire en Afrique de l’Ouest », la rencontre de deux jours  est un cadre de partage d’informations scientifiques et des résultats d’étude pour les participants.

D’après la directrice de cabinet Midamégbé Akakpo, les femmes et les enfants  dans la région Afrique de l’ouest continuent de mourir d’une mort évitable plus que partout ailleurs dans le monde. Et pourtant, l’utilisation de la planification familiale dans le post-partum (PFPP), reconnue comme une pratique à haut impact pour réduire les mortalités maternelles et infantiles, reste faible (environ 15%).

De même, environ 24% des femmes ont un besoin non satisfait de Planification Familiale dont plus d’1 femme sur 2 dans le Post-Partum.  L’intervalle de la naissance à la grossesse est moins de 23 mois dans 50 % ou plus des grossesses dans les pays à faible revenu et intermédiaire, et particulièrement en Afrique de l’Ouest francophone où 1 femme sur 34 court le risque de décès maternelle au cours de sa vie et 34 nourrissons sur 1 000 ne survivent pas à leurs 28 premiers jours de vie.

 « L’offre  de soins de santé primaires intégrés centrés sur la personne recommandé par l’Assemblée mondiale de la santé et l’OMS en 2016 s’avère un pilier important pour relever les défis de mortalité dans la région  et progresser vers la couverture universelle en soins tant recherchée », a suggéré la Directrice de cabinet, qui a salué la tenue d’une telle session à Lomé.

Pour cette réunion, les participants seront édifiés sur les succès enregistrés  sur l’intégration des services PFPP/SMNI/Nutrition dans les pays et vont procéder  ensuite à un état des lieux afin d’identifier les nouveaux défis auxquels ils sont confrontés.

L’ouverture de la réunion s’est déroulée en présence de la représentante de l’OMS au Togo, du représentant du directeur général de l’OOAS et  de  Triphonie Nkurunziza, coordinatrice programme santé de la reproduction, Bureau OMS de la Région Afrique.

« De manière concrète, les services de santé de la mère et de l’enfant vont se centrer sur les besoins de la mère et de l’enfant. Il ne faudrait pas qu’une femme qui vient pour la vaccination reparte sans avoir des services de planification familiale et d’information. C’est éviter qu’une femme n’aille pas dans cinq endroits avant d’avoir un service. Ce programme permet également aux femmes qui viennent d’accoucher d’espacer les naissances. Nous sommes donc ici avec des partenaires avec lesquels on a déjà des expériences concluantes dans certains pays. On partagera des expériences d’autres pays qui ont déjà commencé par mettre échelle la planification familiale de post
Patum. Nous échangerons avec eux des progrès, des défis et des opportunités en terme de partenariat et de mobilisation de ressources qui existent »
, a indiqué Thuphonie Nkutunza, Coordonnatrice du programme de la santé et de la reproduction.

Des experts en planification familiale, en santé sexuelle et de la reproduction de neuf pays d’Afrique de l’ouest  francophone participent depuis mercredi 18 mai 2022 à Lomé, à la troisième réunion régionale annuelle de la Communauté de Pratique pour la planification familiale du post-partum FPP intégrée à la SRMNI et nutrition. Le ton a été donné par  la directrice de cabinet du ministre chargé de la santé, Midamégbé Akakpo.

Placée sous le thème, « Faire avancer l’intégration de la Planification familiale du post partum, la santé maternelle, néonatale, infantile (SMNI) et la Nutrition pour relever le défi de la couverture sanitaire pour la femme et l’enfant dans le contexte de crises sécuritaire et sanitaire en Afrique de l’Ouest », la rencontre de deux jours  est un cadre de partage d’informations scientifiques et des résultats d’étude pour les participants.

D’après la directrice de cabinet Midamégbé Akakpo, les femmes et les enfants  dans la région Afrique de l’ouest continuent de mourir d’une mort évitable plus que partout ailleurs dans le monde. Et pourtant, l’utilisation de la planification familiale dans le post-partum (PFPP), reconnue comme une pratique à haut impact pour réduire les mortalités maternelles et infantiles, reste faible (environ 15%).

De même, environ 24% des femmes ont un besoin non satisfait de Planification Familiale dont plus d’une femme sur deux dans le Post-Partum.  L’intervalle de la naissance à la grossesse est moins de 23 mois dans 50 % ou plus des grossesses dans les pays à faible revenu et intermédiaire, et particulièrement en Afrique de l’Ouest francophone où une femme sur 34 court le risque de décès maternelle au cours de sa vie et 34 nourrissons sur 1 000 ne survivent pas à leurs 28 premiers jours de vie.

 « L’offre  de soins de santé primaires intégrés centrés sur la personne recommandé par l’Assemblée mondiale de la santé et l’OMS en 2016 s’avère un pilier important pour relever les défis de mortalité dans la région  et progresser vers la couverture universelle en soins tant recherchée », a suggéré la Directrice de cabinet, qui a salué la tenue d’une telle session à Lomé.

Pour cette réunion, les participants seront édifiés sur les succès enregistrés  sur l’intégration des services PFPP/SMNI/Nutrition dans les pays et vont procéder  ensuite à un état des lieux afin d’identifier les nouveaux défis auxquels ils sont confrontés.

L’ouverture de la réunion s’est déroulée en présence de la représentante de l’OMS au Togo, du représentant du directeur général de l’OOAS et  de  Triphonie Nkurunziza, coordinatrice programme santé de la reproduction, Bureau OMS de la Région Afrique.

Service de Communication du MSHPAUS