13ème réunion annuelle conjointe des gestionnaires des systèmes d’information sanitaire et partenaires techniques de l’espace CEDEAO services SIS

13ème réunion annuelle conjointe des gestionnaires des systèmes d’information sanitaire et partenaires techniques de l’espace CEDEAO services SIS

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La CEDEAO veut se construire un bon registre en matière d’informations sanitaires pour guider les politiques. A l’invitation de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), depuis lundi, les gestionnaires des systèmes d’informations sanitaires de la sous-région ouest-africaine tiennent leur 3ème rencontre annuelle dans la capitale togolaise.

En tant qu’espace économique d’intégration régionale dans lequel la libre circulation des personnes et des biens est de mise, la CEDEAO se doit de s’assurer de la disponibilité du partage et de l’utilisation de l’information sanitaire de qualité pour faire face à tous les problèmes endémiques où émergeant de santé publique, ces problèmes ne connaissant pas en général les frontières. L’espace se rassure d’information de qualité depuis ce lundi 21 novembre à Lomé.

Cette rencontre de Lomé a pour but de promouvoir la production, le partage et l’utilisation de l’information sanitaire de qualité dans l’espace CEDEAO. Elle est consacrée à l’analyse des données et la production d’informations sur la situation du paludisme dans les pays membres au cours des 10 à 15 dernières années.

« l’OOAS a mis en place un document régional de politique de gestion et de sécurité des données sanitaires avec pour objectif d’amener les pays de la CEDEAO dans la protection des données, mais en même temps pour rassurer un partage des données en temps utile pour une meilleure gestion de la santé publique dans notre espace », a rappelé Sani Ali, Professionnel en charge de la planification à l’OOAS.

Les experts de la santé analyseront la disponibilité et la couverture des données et discuteront des défis liés à la collecte et à la gestion des données sur le paludisme dans les pays. Ils partageront également des expériences et les bonnes pratiques en matière de gestion des données et de production d’informations sur la situation du paludisme.

A la sortie de ce cadre de travail, ces acteurs disposeront d’un ensemble d’outils leur permettant d’améliorer les systèmes d’information sanitaire en général et particulièrement la situation du paludisme dans l’espace CEDEAO.

Service de Communication du MSHPAUS