Réunion interministérielle sur la réouverture des frontières terrestres des Etats membres de l’UEMOA

Réunion interministérielle sur la réouverture des frontières terrestres des Etats membres de l’UEMOA

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Il se tient ce 28 septembre 2021 une réunion interministérielle sur la réouverture des frontières terrestres des États membres de l’UEMOA. A cette réunion virtuelle, prennent part les ministres de santé, de la sécurité, et des transports, du président de la commission et des experts.  Ouverte par le Pr Moustafa MIJIYAWA, ministre togolais chargé de la santé, cette réunion virtuelle vise à poser les bases d’une réflexion sur la réouverture des frontières terrestres de l’espace UEMOA. Ceci sur la base de l’analyse du rapport des experts issus des pays membres de l’Union.

La pandémie de la maladie à coronavirus (COVID-19), qui a débuté en décembre 2019, s’est progressivement étendue à l’ensemble des pays de la planète.

Pour contenir la propagation de cette pandémie qui a des conséquences négatives importantes aux plans humain, économique et social, tous les Etats membres de l’UEMOA ont élaboré et mettent en œuvre des plans nationaux de riposte et de lutte contre la pandémie. Des mesures vigoureuses telles que le confinement, la fermeture des frontières, la fermeture des lieux de culte et des établissements scolaires, les mesures barrières, le dépistage de la COVID-19 chez les voyageurs par voie aérienne et la vaccination des populations ont ainsi été prises.

Par ailleurs, en vue de coordonner les actions de riposte au niveau régional, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA se sont réunis le 27 avril 2020 par visioconférence. A leur suite et sur leurs instructions, les Ministres en charge de la santé, puis ceux chargés des transports se sont réunis respectivement le 7 et le 28 mai 2020 par visioconférence également pour mieux coordonner leurs actions face à la pandémie.

En ce qui concerne les mesures de fermeture des frontières décidées très tôt par certains Etats membres, elles ont permis de limiter le nombre de cas importés de la maladie dans un contexte de prédominance de ce type de cas parmi les personnes infectées, de méconnaissance totale du virus et d’absence de moyens de traitement et de prévention efficaces de la maladie.

Au regard des conséquences économiques et sociales de ces fermetures, il est apparu nécessaire de prendre les dispositions idoines afin de permettre à nouveau une circulation des populations entre les pays. Les réouvertures de frontières qui ont suivi ont surtout concerné les points d’entrée aériens. Elles ont été facilitées par la mise à la disposition des pays, des guides et des prescriptions édictés par les organismes compétents pour une reprise sûre des activités dans le domaine aéronautique. Les Etats membres qui avaient fermé toutes leurs frontières ont ainsi à partir d’aout 2020 progressivement ouverts leurs aéroports aux vols commerciaux internationaux avec comme exigence phare, l’obligation pour tout voyageur de présenter un résultat négatif de test de dépistage de la Covid-19.

Cependant, malgré cette décision salutaire et les avancées observées en matière de prévention de la maladie, force est de constater qu’une très grande partie de la population de l’Union reste encore privée de son droit à la circulation. Il s’agit de ceux qui n’ont pour seul moyen de circulation que la voie terrestre. Aujourd’hui, la pertinence du maintien de la fermeture des frontières terrestres entre les Etats membres mérite donc d’être réexaminée.

Il s’agit entre autres d’analyser la situation de la pandémie Covid-19 dans le monde et dans les Etats membres,  de mener des discussions sur les contraintes rendant difficile la réouverture des frontières terrestres des Etats membres, d’examiner et de valider le projet de protocole de réouverture des frontières terrestres de l’Union élaboré par la Commission et d’élaborer un chronogramme de mise en œuvre des mesures préconisées par le rapport des experts.

Selon le Pr MIJIYAWA, il s’avère nécessaire d’envisager la réouverture des frontières sous certaines conditions prenant en compte des exigences sanitaires et économiques. Ceci permet un meilleur contrôle des flux et une réduction des passages dérobés qui se créent actuellement.

Les conclusions de cette réunion virtuelle seront présentées aux Chefs d’Etats des pays membres de l’Union lors de leur prochaine Assemblée. D’ores et déjà, le rapport des experts recommande le renforcement de la collaboration transfrontalière et la sécurité aux points d’entrée.

Service de Communication du MSHPAUS